Un QCM de médecine jugé « sexiste » et « inacceptable » par Touraine

logo AFP

La ministre de la Santé Marisol Touraine a jugé lundi, dans un tweet, « inacceptable » et « sexiste » une question d’un examen blanc posée à des étudiants en médecine de Paris vendredi, et l’une des réponses proposées.

« Une patiente de 35 ans reçoit une fessée sur son lieu de travail par son supérieur hiérarchique devant ses collègues. Elle consulte aux urgences. Vous réalisez ?… ».

Parmi les réponses, la dernière ainsi rédigée: « Vous lui demandez d’aller au coin car elle n’a pas été sage ».

« La question se voulait humoristique ? C’est raté. Et sexiste. Donc inacceptable », a tweeté lundi Marisol Touraine.

Après l’examen blanc, une des candidates de 6e année de médecine, « Pauline(tte) », s’est émue dans un tweet de voir que « le harcèlement sexuel au travail fait beaucoup rire les médecins qui rédigent les examens blancs de (sa) fac ».

La candidate a expliqué lundi, au site Le Plus de l’Obs, que certains se sont « empressés » d’intervenir sur le réseau social pour « fustiger » son manque d’humour, en appelant « à la tradition carabine » .

« Pour moi, ce n’est pas une broutille, c’est un symptôme supplémentaire d’un sexisme gras et décomplexé, encore profondément ancré dans certains milieux médicaux », déplore la jeune femme.

« L’humiliation de cette femme, +fessée+ devant ses collègues par son supérieur hiérarchique (rien que le terme m’agace), mérite effectivement une consultation en urgence, et un médecin à l’écoute, faisant preuve de tact et de professionnalisme », estime l’étudiante.

La militante féministe Caroline De Haas a affirmé, également dans un tweet: « une fessée, c’est une agression sexuelle. Plus grave que le harcèlement. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous