« Nuit debout »: huit interpellations après des incidents à Paris (préfecture)

logo AFP

Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche, après des incidents à Paris, en marge du rassemblement « Nuit debout », a annoncé dimanche la préfecture de police de Paris (PP).

Ces personnes ont été arrêtées pour des « jets de projectiles, port d’arme prohibé, vol par effraction, dégradations et dégradations par incendie », a précisé la préfecture dans un communiqué de presse.

Samedi vers 23H15, « environ 300 personnes », selon la PP, qui participaient à la « Nuit debout », ont quitté la place de la République pour se rendre dans le 11e arrondissement au domicile du Premier ministre Manuel Valls, actuellement en visite officielle en Algérie.

« Des projectiles et des pierres ont été jetés sur la façade du commissariat du 11e arrondissement et deux véhicules de police en stationnement ont été fortement endommagés », explique la préfecture, ajoutant que les manifestants avaient tenté en vain d’entrer dans le commissariat.

Vers 00H30, les forces de l’ordre ont procédé à la dispersion des manifestants, avait expliqué samedi soir une source policière à l’AFP.

Des dégradations – vitrines brisées, distributeurs de billets endommagés, tags – ont été aussi commises boulevard Voltaire dans « six agences bancaires » dont trois ont été victimes d’intrusion. « Une agence d’intérim et une agence de mutuelle » ont également été dégradées.

Place de la République, à 02H50, un responsable de « Nuit Debout » a demandé le concours de la force publique « en raison de la difficulté de son service d’ordre à assurer la sécurité » sur la place, selon la PP. Des policiers ont été envoyés pour sécuriser le rassemblement, et ils ont fait « l’objet de provocations et de nombreux jets de pierres ».

Un véhicule Autolib a été « incendié à l’angle de la Place de la République et du boulevard Saint-Martin », nécessitant l’intervention de sapeurs-pompiers, relève encore la PP.

A 06H15, la situation était redevenue « calme » Place de la République, avec « une centaine de personnes toujours rassemblée », selon la préfecture. Une heure plus tard, ils n’étaient plus qu’une dizaine, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ces incidents interviennent après une nouvelle journée de manifestations contre la réforme du code du travail, qui ont rassemblé 120.000 personnes, selon les autorités, dans toute la France. Certaines manifestations, à Paris, Rennes ou Nantes, ont été émaillées d’incidents.

Des « Nuits debout », mouvement citoyen né il y a dix jours à Paris, dépassant la seule opposition à la loi travail, étaient organisés samedi soir dans près de 60 villes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous