Vallaud-Belkacem épingle une tribune de Sarkozy sur l’école

logo AFP

Najat Vallaud-Belkacem a critiqué dans des termes très vifs mercredi sur France 2 un texte à propos de l’école publié par Nicolas Sarkozy dans Le Figaro, disant avoir « rarement vu une tribune avec autant d’énormités ».

L’ancien président « remet en cause la réforme des rythmes scolaires, en disant c’est affreux de laisser des enfants avec des animateurs non formés, en parlant du périscolaire », a déclaré la ministre de l’Education nationale. « Enfin, Nicolas Sarkozy, c’est celui qui a supprimé la formation des enseignants (…) donc qui a envoyé, lui il trouvait ça tout à fait normal, des enseignants sans aucune formation dans les classes », a-t-elle ajouté.

Le président du parti Les Républicains « dit, c’est terrible, parce que ces dernières années le nombre d’heures de français à l’école primaire, là où on apprend les fondamentaux, n’a cessé de se réduire, c’est scandaleux. », a-t-elle encore rapporté. Mais « Nicolas Sarkozy, c’est celui qui a fait la semaine de quatre jours, c’est-à-dire qui a supprimé une matinée à l’école primaire, c’est-à-dire une demi-journée où on apprenait justement du français », a-t-elle dit. « Mais de qui se moque-t-on ? », a demandé la ministre.

« Il raconte des bêtises sans nom, par exemple sur l’histoire, quand il dit que dans les nouveaux programmes on a fait disparaître la chronologie. Non seulement c’est faux, mais c’est ce qu’il avait fait lui », a-t-elle ajouté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous