Formation: Sarkozy veut envoyer au « service militaire adapté » tous les « décrocheurs »

logo AFP

Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, a préconisé mercredi d’envoyer au « service militaire adapté » tous les « décrocheurs », soit quelque « 100.000 jeunes » qui sortent de l’école « sans diplôme, sans maîtriser aucun des savoirs » et ne sont ni en formation ni en apprentissage.

« Ce ne sera pas sur la base du volontariat », a averti l’ex-chef de l’Etat lors d’une « matinée de travail sur l’Education et l’Enseignement supérieur » au siège de son parti à Paris.

« Ca va faire parler, mais on ne peut accepter que chaque année, 100.000 jeunes disparaissent des statistiques », des jeunes « qui sortent de l’école sans diplôme et ne maîtrisent aucun des savoirs », a affirmé M. Sarkozy.

« A partir de l’âge de 18 ans, toute personne qui n’aura pas son bac, qui ne sera pas en apprentissage, ne sera pas en formation, ne sera pas en stage, ira faire un service militaire adapté où il pourra réapprendre les règles de vie en commun », a-t-il affirmé.

Selon lui, « le service militaire adapté, ça marche très bien en Outremer. C’est une chance », a-t-il insisté, évoquant la possibilité de profiter de ce service militaire adapté « pour passer son permis de conduire, permis de poids lourd, de faire l’apprentissage d’une langue ou de faire du sport à haute dose ».

« Ainsi, nous mettrons l’institution militaire en situation de garder un lien avec la Nation », a-t-il également argué.

En vigueur outre-mer, le Service militaire adapté, créé en 1961, est un dispositif d’insertion via les armées. Il s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 25 ans, décrocheurs scolaires, chômeurs, jeunes en risque de désocialisation. Il leur permet de se former à un métier, sous la houlette des militaires, lors d’un cursus variant de 6 mois à 12 mois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous