Quelque 1.500 manifestants contre la loi travail défilent à Marseille

logo AFP

Quelque 1.500 manifestants, selon la préfecture de police, ont défilé mardi à Marseille contre la loi travail, entre la Canebière et la préfecture, à l’appel de divers syndicats.

Des bannières de Sud-Solidaires et de la CGT figuraient dans le cortège où moins de lycéens avaient répondu à l’appel des organisations syndicales que lors des précédents rassemblements, en raison des vacances scolaires de la zone, a constaté un journaliste de l’AFP.

Quelques lycéens marquaient leur détermination, comme Lisa, 18 ans, et Nouria, 16 ans, élèves de 1ère, qui affirmaient manifester contre la loi travail, mais aussi « contre le gouvernement en général » et l’action du Premier ministre Manuel Valls.

« Si on n’agit pas maintenant, il sera trop tard », ont-elles déclaré à l’AFP, en dénonçant les « violences policières »: « Il y en a qui se sont fait gazer pour rien. On a encore plus la haine pour ça », a affirmé Lisa.

Après l’arrivée du cortège à la préfecture, un groupe d’une centaine de personnes s’est déplacé en direction du siège de la fédération du parti socialiste des Bouches-du-Rhône, tout proche. Ils ont dessiné sur la façade du bâtiment des formules comme « socio terroristes », « Nik l’Etat » et dessiné le logo amarchiste « A », renversant des bennes à ordure et lançant des oeufs.

Certains manifestants se sont ensuite dirigés vers l’autoroute A7 à hauteur de la gare Saint-Charles qu’ils ont bloquée dans les deux sens, en début d’après-midi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous