En pleine mobilisation, l’Unef et des syndicats célèbrent les 10 ans de la « victoire » du CPE

logo AFP

En pleine mobilisation contre la loi travail, des leaders étudiants (Unef) et syndicaux (FO, FSU, CGT) ont célébré lors d’un colloque à Paris les dix ans de « la victoire du retrait du CPE » et réaffirmé leur « fermeté » face à la loi El Khomri.

Avant ce débat, qui a réuni quelques dizaines de militants et d’ex-militants étudiants, le président de l’Unef, William Martinet, s’est amusé auprès de l’AFP de « l’impertinence des jeunes à qui on proposait de commémorer un mouvement social – contre le Contrat première embauche (CPE) de Dominique de Villepin, en 2006 – et qui ont décidé d’en faire un au même moment », contre la loi travail.

Il y a dix ans, jeunes et syndicats entamaient un bras de fer avec l’exécutif sur le CPE, un contrat à durée indéterminée assorti d’une période d’essai particulièrement longue destiné aux moins de 26 ans, provoquant trois mois de contestation sociale et de crise politique et forçant finalement le gouvernement Villepin à reculer.

L’objectif de cette séance d’échanges, en présence notamment de l’ex-meneur de l’Unef et actuel premier adjoint à la maire de Paris, Bruno Julliard, des numéros un de FO Jean-Claude Mailly, de la FSU (fonctionnaires) Bernadette Groison, était « d’analyser comment cette mobilisation s’est faite il y a dix ans et comment elle se fait aujourd’hui ». « Il y a des similitudes idéologiques: dire qu’il ne faut pas accepter la précarité pour s’insérer, mais aussi des différences, liées notamment à l’utilisation des réseaux sociaux », a souligné William Martinet.

Jean-Claude Mailly, déjà à la tête de FO en 2006, a lui insisté sur le fait que la grande différence entre le mouvement anti-CPE et celui actuellement mené contre la loi travail était « que tous les syndicats étaient à l’époque dans la bagarre ».

« En se commémorant le CPE, on se rappelle ce qui a été déterminant dans la réussite, c’est l’unité syndicale, des salariés et des étudiants », a renchéri Bernadette Groison (FSU). Mais, selon la syndicaliste, il faut « rester prudent sur la comparaison »: « La loi travail a un spectre beaucoup plus large, et le mouvement salarié a un rôle encore plus important à jouer dans la bataille ».

Après la forte mobilisation contre le projet de loi travail, Manuel Valls s’est dit « prêt à regarder » les propositions des étudiants, mais il exclut toujours le retrait exigé par les antis, qui prévoient déjà de nouveaux rendez-vous les 5 et 9 avril.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous