2015, « année record » pour l’aide de la France au développement

logo AFP

L’Agence française de développement (AFD), bras financier de la diplomatie française, a financé en 2015 pour 8,3 milliards d’euros de programmes de développement à travers le monde, « un record », en particulier en Afrique, a affirmé jeudi sa directrice générale, Anne Paugam.

« C’est une année record au niveau global, et un record également pour l’Afrique », a déclaré Mme Paugam à la presse en traçant son bilan d’activité pour l’an passé.

Les financements de l’institution publique, qui concernent les pays en développement et les territoires français d’outre-mer, étaient de 8,1 mds en 2014, et de 7,8 mds en 2013. La hausse est de 15% depuis 2012.

Mme Paugam a cité à titre d’exemple une ligne de crédit de 50 millions d’euros à la banque publique du Pérou Agrobanco, pour financer la transition écologique dans l’agriculture, l’élevage et la forêt.

Autre exemple, le financement à hauteur de 10 millions d’euros de formations d’enseignants et de réhabilitation d’un lycée et de salles de classe dans la région de Gao (Mali), où des troupes françaises sont déployées pour lutter contre les jihadistes dans le cadre de l’opération Barkhane.

« En 2015, les financements en Afrique subsaharienne atteignent le volume record de 3,1 milliards d’euros, soit 38% des engagements de l’AFD, en hausse de 6% par rapport à 2014. L’Afrique subsaharienne représente 81% de l’effort financier de l’Etat en 2015 », a précisé l’AFD.

L’AFD a décidé « d’adapter ses modes opératoires » aux situations de crise, a expliqué Mme Paugam.

Pour aider le Liban et la Jordanie à gérer l’accueil massif des réfugiés syriens, l’AFD a par exemple attribué cinq millions d’euros à différentes ONG.

Concernant le projet de rapprochement entre l’AFD et la Caisse des Dépôts (CDC), Mme Paugam a déclaré qu' »il ne s’agit pas d’une fusion » mais d’un « rapprochement par voie conventionnelle », et que l’annonce concrète devrait en être faite « cet été ».

« C’est un projet de rapprochement axé sur les synergies financières et opérationnelles, par voie conventionnelle », a-t-elle ajouté.

L’AFD, agence publique à 100% employant plus de 1.700 personnes, finance en partie ses activités en empruntant sur le marché obligataire. Elle est l’un des plus importants émetteurs d’emprunts de la sphère publique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous