Lancement d’un réseau des lieux de mémoires de la Shoah en France

logo AFP

Un réseau des lieux de mémoire de la Shoah en France, réunissant onze institutions, a été lancé mercredi pour renforcer la coopération entre ses membres et former des jeunes « ambassadeurs de la mémoire ».

Le lancement officiel de ce réseau, fondé il y a un an et coordonné par le mémorial de la Shoah, s’est déroulé au ministère de l’Education nationale, à l’occasion de la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

L’objectif est de « développer le travail commun, mutualiser les moyens » des « institutions en charge des principaux sites liés à la persécution, à la Résistance, au sauvetage et à l’extermination des juifs de France », a expliqué Ethan, élève du lycée parisien Georges Leven.

« Le réseau a souhaité développer les ambassadeurs de la mémoire afin de sensibiliser un nombre toujours plus grand de jeunes », a indiqué le jeune homme, qui fait partie des premiers ambassadeurs. « Il est possible d’apprendre du passé et de ne pas laisser recommencer de telles horreurs ».

Najat Vallaud-Belkacem a salué la participation de ces lieux de mémoire aux actions de citoyenneté et de formation des élèves et des enseignants. « Votre engagement va pouvoir se déployer plus fortement encore à travers ce réseau ».

Le réseau contribuera à l’enseignement moral et civique (EMC) des élèves, mais aussi à des dispositifs annoncés pour défendre les valeurs de la République après les attentats de janvier, comme la réserve citoyenne et le « parcours citoyen », lequel permettra à partir de l’année prochaine à « chaque élève d’engager au cours de sa scolarité une réflexion sur la mémoire de la Shoah au travers de cette visite d’un lieu mémoriel », a indiqué la ministre.

« La lutte contre le racisme et l’antisémitisme passe par un incessant travail d’apprentissage de la citoyenneté », a souligné Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État chargé de la Mémoire.

Sont membres du réseau: l’amicale du camp de Gurs, le Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation (Lyon), le Centre européen du résistant déporté/site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof, le Musée du mémorial des enfants du Vel’d’Hiv, le Lieu de mémoire au Chambon-sur-Lignon, la Maison d’Izieu (mémorial des enfants juifs exterminés), le Mémorial de la Shoah (Paris, Drancy et Toulouse), le Mémorial de l’internement et de la Déportation (Compiègne), le Mémorial du camp de Rivesaltes, le Mémorial national de la prison de Montluc et le Site-mémorial du camp des Milles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous