Il faut « prévenir la tentation de la radicalisation » (Vallaud-Belkacem)

logo AFP

Il faut « prévenir le maximum possible la tentation de la radicalisation », a déclaré mercredi la ministre de l’Éducation nationale sur RFI, au lendemain des attentats de Bruxelles, estimant que les responsables politiques doivent « prendre à bras-le-corps le sujet de la mixité sociale ».

Les attentats, »ça va se reproduire, sans aucun doute, et en effet c’est l’Europe qui est visée, c’est-à-dire un mode de vie européen, des valeurs, des libertés fondamentales que ces terroristes exècrent de tout leur être », a dit Najat Vallaud-Belkacem.

Il faut « faire en sorte déjà que chaque enfant en France puisse se sentir partie prenante de ce pays, avoir un rôle à y jouer, une place à y trouver », que « aucun sentiment d’être exclu ne vienne alimenter la haine des autres », a-t-elle dit.

« Des enfants auxquels on passe notre temps à l’école à parler des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, mais qui en même temps au quotidien n’en font pas l’expérience (…) parce qu’ils sont dans des établissements ségrégués et dans territoires ghettoïsés, qu’ils ont l’impression de n’avoir aucune perspective de réussite, et bien c’est des enfants qui non seulement ne vont pas adhérer spontanément aux valeurs de la République », mais « qui en plus même vont nourrir une défiance à l’égard des institutions et de ceux qui portent cette parole qui est terrible, parce que c’est sur la défiance qu’ensuite naissent tous les rejets et les haines ».

« On voit bien que c’est souvent des choses qui ont joué, même si après comme le dit le Premier ministre lui-même et il a raison, il ne faut pas forcément chercher à excuser des comportements avec ce type d’explications », a-t-elle ajouté.

« C’est très important pour les responsables politiques de prendre à bras le corps le sujet de la mixité sociale, de lutte contre la ségrégation, contre la ghettoïsation ».

La ministre a également évoqué le rôle joué à l’école par l’enseignement moral et civique (EMC) et par les cours d’Éducation aux médias et à l’information (EMI), « où on va apprendre aux élèves à se méfier de ce qu’ils lisent sur internet , à « confronter des opinions diverses sans tomber dans la violence ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous