Loi travail: Des étudiants envahissent les voies SNCF à Rennes, trafic interrompu

logo AFP

Le trafic SNCF a été totalement interrompu mardi en milieu de journée à la gare de Rennes après l’invasion des voies par des étudiants et lycéens, manifestant contre le projet de loi réformant le code du Travail, a-t-on appris auprès de la SNCF.

Plusieurs centaines de manifestants ont envahi la voie ferrée à la hauteur d’une halte SNCF située à proximité de l’université Rennes 2 et ont entrepris de se diriger vers la gare centrale de Rennes, distante de 3 à 4 kilomètres, en marchant sur les rails derrière deux banderoles proclamant « le Medef en rêvait, le PS le fait » et « contre la loi travail ».

Au bout d’environ un kilomètre, ils ont été bloqués par les forces de l’ordre à hauteur d’un passage à niveau et expulsés des voies.

« Par mesure de sécurité, l’alimentation électrique avait été coupée dès l’envahissement des voies et la circulation de tous les trains interrompue », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la SNCF.

Les accès à la gare ont également été fermés aux usagers, tout comme la station de métro. Vers 12H30, un groupe de 70 à 80 autres manifestants qui essayaient de pénétrer dans la gare a été repoussé par la police ferroviaire, a constaté un journaliste de l’AFP. Selon la SNCF, un agent a été légèrement blessé à la tête.

Peu avant 13H00, il ne restait plus aucun manifestant sur les voies mais le trafic restait interrompu pour permettre aux agents de la SNCF de procéder à leur inspection. Les accès à la gare étaient rétablis pour les seuls détenteurs de billets.

Un cortège de plusieurs centaines de manifestants s’était reformé dans les rues menant au centre-ville.

Le 17 mars, lors d’une précédente manifestation contre la loi El Khomri le trafic SNCF avait déjà dû être interrompu en gare de Rennes après l’envahissement des voies par quelques centaines de jeunes manifestants.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous