Manif contre la loi travail: cinq blessés à Strasbourg (Unef)

logo AFP

Cinq manifestants ont été blessés jeudi lors d’une intervention des CRS au cours de la manifestation à Strasbourg contre la loi Travail, selon un bilan communiqué par l’Unef.

Le Mouvement des jeunes communistes du Bas-Rhin, a évoqué pour sa part quatre manifestants hospitalisés à la suite de heurts avec les forces de l’ordre.

Entre 1.200 personnes selon la police, et 1.500, selon les organisateurs, avaient auparavant défilé dans les rues du centre de la capitale alsacienne pour dire non à la réforme du code du travail.

Lorsqu’ils ont brièvement tenté de bloquer les marches d’accès à la faculté de droit aux cris de « La faculté est à nous », les jeunes manifestants ont été délogés par un cordon de CRS.

A cette occasion, cinq jeunes parmi lesquels deux lycéennes ont été légèrement blessés, selon Colin Jude, porte-parole de l’Unef. L’une d’elle saignait à la tête, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Il est absolument minable que ce gouvernement policier en arrive encore à ce point: frapper des lycéens, des étudiants, pour tenter de faire taire la révolte contre ses lois réactionnaires », ont dénoncé de leur côté les jeunes communistes dans un communiqué.

Les forces de l’ordre avaient également essuyé quelques jets de projectiles de la part des manifestants, a constaté l’AFP.

« La loi travail ne passera pas! », « Grève générale », « A bas le Parti socialiste », ont scandé le poing levé certains manifestants, faisant usage de fumigènes bigarrés.

La manifestation, organisée à l’appel du syndicat étudiant Unef, a également réuni des syndicalistes de la CGT, de la FSU et de Sud-éducation ainsi que des militants des jeunes socialistes, d’EELV, du PCF et du NPA.

« Travaillons moins, mais travaillons tous », « Non à la loi travail. Qui sème la misère récolte la colère », pouvait-on lire sur les pancartes et banderoles promenées dans les rues de Strasbourg.

A Metz, 5 personnes ont été interpellées alors qu’elles occupaient un pont menant à l’université, où une centaine d’étudiants étaient rassemblés. Elles devaient être placées en garde à vue en fin d’après-midi, selon la police, pour participation à un attroupement. Deux d’entre elles seraient également accusés d’outrage et de violence sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous