Loi travail: la gare de Rennes brièvement envahie par les manifestants, incidents devant la mairie

logo AFP

Plusieurs milliers de personnes, en grande majorité des étudiants, qui manifestaient contre la loi travail, ont brièvement envahi la gare de Rennes peu avant 13h jeudi, interrompant le trafic ferroviaire pendant un peu plus d’une demi-heure, puis des incidents se sont produits devant la mairie à majorité socialiste.

Les manifestants, convergeant de différents lieux de la ville en fin de matinée jusqu’à la place du Parlement où le rendez-vous était fixé à midi, étaient 2.700 (bien 2.700) dont 1.200 jeunes, selon la préfecture d’Ille-et-Vilaine, plusieurs milliers, selon les organisateurs.

Une personne a été interpellée et un policier a été légèrement blessé par une pierre, a indiqué la préfecture.

A la gare peu avant 13h, le trafic et le courant électrique ont été coupés tandis qu’une centaine de jeunes descendaient sur les voies. Le gros de la manifestation a commencé spontanément à quitter les lieux peu avant 13h30 et le trafic était rétabli peu avant 14h, a indiqué la préfecture.

Les étudiants scandaient « Cheminots avec nous! », « A bas le parti socialo! », « P comme pourri et S comme salaud »… Certains ont marché un peu sur les voies, des tags ont été tracés sur les quais.

« C’est un peu le cauchemar l’irruption sur les voies, surtout des mômes », a indiqué un porte-parole de la SNCF. « Ça faisait longtemps qu’on avait pas eu d’envahissement de voie dans le cadre d’une manifestation ».

Peu après ce blocage, plusieurs centaines de jeunes, dont certains avec des cagoules, se sont rendus directement devant la mairie tandis que le gros de la manifestation défilait un peu plus au sud du centre-ville.

Des jets de peinture ont eu lieu sur la façade et des heurts se sont produits avec les forces de l’ordre, un policier étant légèrement blessé par un jet de projectile, a indiqué la préfecture. Des gaz lacrymogènes ont été tirés par les policiers pour empêcher « une intrusion dans la mairie », a-t-on indiqué de même source.

Par ailleurs, en marge de ce rassemblement, un groupe de jeune s’en est pris à une patrouille de la BAC (Brigade anti-criminalité) et un jeune homme a été interpellé, a indiqué la préfecture.

Un face à face très tendu a duré plus d’une demi-heure place de la mairie entre plusieurs centaines de jeunes, scandant « Cassez-vous! » et les forces de l’ordre, a constaté l’AFP. Certains jeunes ont lancé divers projectiles comme des canettes, pierres ou des bouteilles d’eau et les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes.

Vers 15h quelques centaines de jeunes continuaient à parcourir la ville laissant derrière eux des dégradations sporadiques notamment à l’aide de peinture, mais l’ordre de dispersion avait été donné par les organisateurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous