Extension de la garantie jeunes: Valls confirme un coût estimé de 420 millions d’euros

logo AFP

La garantie jeunes devrait coûter 420 millions d’euros en 2016 et le double en 2017 avec son extension prévue à 100.000 jeunes supplémentaires, a indiqué mardi Manuel Valls.

Outre un accompagnement renforcé d’un an pour la recherche d’emploi et des périodes en entreprise, la garantie jeunes, réservée aux jeunes sans emploi ni formation, offre une allocation mensuelle d’environ 450 euros.

D’ici à la fin 2016, le gouvernement estime que « 100.000 » jeunes en auront bénéficié, a dit le Premier ministre mardi sur BFMTV/RMC, pour un coût « autour de 418 millions d’euros ».

« Nous espérons en 2017, parce que ça sera une montée en puissance, doubler le nombre de jeunes », a-t-il dit, défendant « un changement majeur » et même une « révolution pour les jeunes.

Sur les 900.000 jeunes de moins de 26 ans considérés comme « en précarité », quelque 500.000 sont éligibles « en théorie » à l’extension de la garantie jeunes.

Ce qui représenterait un coût de plus de 1,6 milliard en rythme annuel, mais le gouvernement mise sur un « taux de recours » moindre, autour de 200.000 personnes.

La durée de la « garantie jeune » peut être prolongée de six mois, au cas par cas. Déployée depuis 2013 dans 72 départements, elle doit être étendue à 19 nouveaux départements en 2016 pour atteindre 91 en fin d’année.

Il y a près d’un an, le Conseil économique, social et environnemental avait jugé qu’elle augmentait les chances de trouver un emploi ou une formation, tout en notant que la moitié des jeunes concernés étaient en CDD et peu en formation certifiante.

Alors que 1,6 à 1,9 million de jeunes de 15 à 29 ans n’ont ni emploi ni formation, le Cese avait préconisé « une montée en charge » pour que ce dispositif « devienne un droit » pour tous les jeunes concernés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous