Numérique dans l’éducation: une charte pour assurer la protection des données des élèves

logo AFP

Najat Vallaud-Belkacem a annoncé jeudi une « charte de confiance des services numériques pour l’éducation », destinée à assurer la protection des données personnelles des élèves, des équipes pédagogiques et des parents.

Ce texte est élaboré avec la Chambre syndicale des sociétés d’études et de conseils numérique (Syntec numérique), l’Association française des industriels du numérique éducatif (Afinef) et le Syndicat national de l’édition (SNE).

Elle « posera les principes pour que les données des élèves soient suffisamment protégées » ou « qu’ils ne reçoivent pas de publicité » sur ces services, a précisé la ministre de l’Education nationale lors d’une visite au salon de l’éducation numérique Educatec-Educatice, qui se tient porte de Versailles jusqu’à vendredi, jour d’ouverture du Salon européen de l’Education.

La ministre a également signé une convention avec la présidente de la CNIL (la commission informatique et libertés), Isabelle Falque-Pierrotin, sur « les usages responsables et citoyens du numérique à l’école », qui « va nous permettre de multiplier les actions d’éducation des enfants pour protéger leurs données, sur les réseaux sociaux en particulier », a-t-elle expliqué.

Elle a aussi annoncé le lancement du site d’information ecolenumerique.education.gouv.fr destiné aux familles, aux équipes pédagogiques et aux élus locaux pour les accompagner dans la découverte de nouvelles pratiques numériques éducatives.

Sur ce site, les parents pourront par exemple trouver des réponses à des questions telles que « que signifie une classe numérique pour mon enfant? », « est-ce que le matériel lui appartient? » etc.

Le tour des stands dans le salon « a été l’occasion de constater que oui, décidément, le plan numérique pour l’éducation est bel et bien en marche », a estimé Mme Vallaud-Belkacem.

Le plan numérique annoncé par François Hollande prévoit notamment de doter d’une tablette tous les élèves en classe de cinquième, sur trois ans, à partir de la rentrée 2016, en partenariat avec les départements, qui sont les responsables de l’équipement matériel des collèges.

L’Etat subventionne à hauteur de 190 euros par élève et 380 euros par enseignant. Il octroie aussi 30 euros par an par élève et professeur pour des ressources pédagogiques numériques et mettra à disposition une banque d’autres ressources complémentaires des manuels balayant les programmes du CM1 à la 3ème.

« A la rentrée 2016, vous allez pouvoir voir beaucoup de choses évoluer, bien sûr en matière d’équipement des élèves », mais aussi grâce à la formation des enseignants au numérique (trois journées pour les profs de collège cette année), et à de nouvelles ressources pédagogiques numériques, a déclaré la ministre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous