Loi travail: une surtaxe des CDD « fait partie des discussions » (Le Guen)

logo AFP

Une éventuelle surtaxe des CDD « fait partie des discussions » entre gouvernement et partenaires sociaux, a assuré le ministre des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, jugeant que la mobilisation mercredi n’avait « pas fait la démonstration du refus » du projet de loi El Khomri.

Pour inciter les entreprises à avoir recours aux CDI plutôt qu’aux CDD, « est-ce qu’il faut aussi avoir des mesures d’incitations financières un peu plus fortes que celles d’aujourd’hui? Cela fait partie des discussions », a déclaré ce proche de Manuel Valls sur iTELE.

« D’ores et déjà, les CDD sont plus chers que le CDI », a-t-il rappelé, affirmant que le gouvernement voulait agir « en facilitant le passage vers le CDI, en donnant de la confiance pour aller vers le CDI, aussi bien aux salariés qu’à l’entrepreneur ».

Au soir d’une première mobilisation, à l’appel d’organisations de jeunesse et de syndicats, M. Le Guen a estimé que la mobilisation d’entre 224.000 (police) et 500.000 manifestants (organisateurs) dans toute la France n’avait « pas fait la démonstration du refus du projet de loi » El Khomri de réforme du code du travail.

« Nous allons travailler, nous regardons les choses avec beaucoup de sérénité », a-t-il assuré, ajoutant avoir « vu des mobilisations beaucoup plus fortes ». « Mais encore une fois, je ne veux pas qualifier, ni mesurer », a-t-il insisté.

Le ministre a évoqué un point du texte qui « concerne très directement la jeunesse: c’est de donner la possibilité d’avoir une croissance en emplois plus riche en CDI ». Selon lui, « aujourd’hui, les CDD, la précarité dominent, demain, avec ce projet de loi, il y aura plus de CDI ».

« Il y aura aussi au plan économique, pour tous les acteurs, aussi bien les entrepreneurs que les salariés, il y aura plus de prévisibilité, donc plus de capacité à dialoguer aussi dans les entreprises. »

M. Le Guen a néanmoins reconnu qu’il était « normal qu’il y ait un dialogue » avec les syndicats et les parlementaires. Mais, a-t-il prévenu, « le conservatisme d’une façon générale n’est pas une option pour défendre notre modèle social ».

« On a un modèle social qui est un peu fragile. Si jamais nous ne le réformons pas, d’autres se contenteront de le mettre de côté (…), nous voulons le conforter, le moderniser pour le protéger », a-t-il argumenté.

Les opposants à la réforme El Khomri ont gagné leur pari mobilisant mercredi, partout en France, plus de 200.000 manifestants, salariés, étudiants, lycéens, pour dire non à la réforme du code du travail, une grogne que François Hollande a jugé « nécessaire d’écouter ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous