A Lyon, des milliers de personnes contre le projet de loi travail

logo AFP

Plusieurs milliers de personnes, 7.000 selon la préfecture, ont défilé mercredi après-midi dans les rues de Lyon derrière des bannières diverses (CGT, FSU, FO, Snes, Solidaires, Nouvelle Donne, etc.) contre le projet de réforme du droit du travail.

« Je l’appelle la loi El Connerie! », assène Ratiba Hamache, 55 ans, agent de maîtrise chez Habitat et déléguée syndicale centrale CGT. Elle tient dans ses mains la banderole unitaire derrière laquelle des milliers de personnes ont commencé à défiler depuis la place Bellecour et sur laquelle on pouvait lire: « Projet de loi El Khomri, Retrait immédiat ».

Se disant « proche de la retraite », elle ne voit « rien de positif dans ces mesures ». « Je pense à mes enfants et petits-enfants », ajoute la déléguée syndicale.

Plusieurs générations allant de lycéens à des retraités ont scandé: « Manu t’es foutu, la jeunesse est dans la rue », avec une variante « Hollande t’es foutu… ». D’autres parodiaient le patron du Medef, « C’est la Gattaz’trophe ».

Camille, jeune femme blonde de 21 ans, et son amie Laure, une brune de 23 ans, toutes deux étudiantes à l’université Lyon II, cherchaient désespérément les drapeaux du syndicat Unef, peu nombreux dans le défilé.

« Ce projet de loi renforce la précarité et ce n’est pas en facilitant les licenciements qu’on favorisera les emplois », déplorait Laure, tandis que Camille jugeait que la loi El Khomri allait donner « trop de pouvoirs aux entreprises ».

Des militants du parti Nouvelle Donne, qui prône la semaine de quatre jours, estimaient que la loi aboutira à « la précarisation des PME et TPE » au profit des grandes entreprises.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous