Le numérique, opportunité pour lutter contre l’échec scolaire en primaire (rapport)

logo AFP

Le numérique fournit « une opportunité historique » dont l’Education nationale doit s’emparer pour lutter contre la difficulté scolaire en primaire, à condition d’expérimenter, d’équiper les enseignants et de les former, prône un rapport dévoilé lundi.

« C’est à l’école primaire que les résultats les plus forts peuvent être obtenus », elle « doit être la priorité absolue du numérique éducatif », estime ce rapport, élaboré par le think tank libéral Institut Montaigne, présidé par le patron de l’assureur Axa Henri de Castries, en partenariat avec le Boston Consulting Group.

En France, l’école primaire est nettement moins équipée en outils numériques que le secondaire, et le plan numérique annoncé par François Hollande pour la rentrée 2016 cible surtout le collège.

Le rapport distingue deux stades pour l’utilisation du numérique éducatif. D’abord les cycles 1 et 2 (maternelle, puis du CP au CE2), où il peut permettre de dégager du temps pour se concentrer sur l’acquisition des fondamentaux par les écoliers en difficulté, au sein de la classe mais aussi pendant le temps périscolaire, voire les vacances. On pourrait ainsi, avec des vidéos, exercices ou questionnaires, mettre à profit une partie du temps que les enfants passent de toute façon devant les écrans à la maison, supérieur au temps de classe annuel, calcule le rapport.

Ensuite, en CM1 et CM2, « le numérique peut être envisagé comme un nouveau savoir fondamental, au même titre que parler, lire, écrire et compter ».

Si la recherche « ne permet pas de conclure, de manière générale, à un effet positif » du numérique éducatif « sur les apprentissages, néanmoins, chaque nouvelle recherche apporte des résultats de plus en plus encourageants », selon ce rapport.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous