Loi travail: 49% des Français approuvent la journée d’action du 9 mars

logo AFP

Un peu moins d’un Français sur deux (49%) approuve la journée d’action du 9 mars contre le projet de loi sur le travail, et 58% pensent que le mouvement pourrait prendre autant d’ampleur que celui contre le CPE il y a dix ans, selon un sondage BVA pour Orange et iTELE publié samedi.

Interrogés sur l’appel d’organisations de jeunesse et de syndicats de salariés à une journée d’action le 9 mars pour réclamer le retrait du projet de loi El Khomri sur la réforme du droit du travail, 49% des sondés disent approuver.

Le soutien est plus fort chez ceux ayant un niveau d’études inférieur au Bac (63%), les employés et ouvriers (62%), les salariés du secteur privé (58%), les moins de 35 ans (56%) et les cadres (54%).

49% disent ne pas approuver cette journée d’action, et 2% ne se prononcent pas.

Plus des deux tiers des Français (70%) estiment néanmoins que ce mouvement peut avoir un impact sur le projet de loi. 28% pensent l’inverse, et 2% ne se prononcent pas.

58% pensent que ce mouvement peut prendre autant d’ampleur que la grande mobilisation des jeunes qui avait abouti au retrait du projet de Contrat Première Embauche (CPE) en 2006. 40% ne le pensent pas, et 2% ne se prononcent pas.

Enquête réalisée les 3 et 4 mars, auprès de 1.071 personnes (méthode des quotas) recrutées par téléphone puis interrogées par internet.

Des organisations de jeunesse, dont le premier syndicat étudiant, l’Unef, appellent à la journée d’action du 9 mars contre le projet de loi Travail, également au coeur de la mobilisation de plusieurs syndicats de salariés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous