Dix ans de prison pour avoir commandité une agression à l’acide au lycée français de Lagos

logo AFP

Un enseignant a été condamné en appel vendredi à dix ans de prison par la cour d’assises de Seine-et-Marne pour avoir commandité l’agression à l’acide du proviseur du lycée français de Lagos (Nigeria) en 2010, a-t-on appris auprès des avocats des parties civiles.

La cour a confirmé le verdict de première instance, prononcé en 2013 par les assises de l’Yonne. Elle est même allée au-delà des réquisitions de l’avocat général, qui avait demandé huit années de prison contre Slimane Salhi, 43 ans, à l’époque professeur de lettres et de philosophie au lycée français Louis-Pasteur de Lagos.

L’avocat de l’enseignant, originaire de Roubaix (Nord) et jugé pour « complicité » de violences ayant entraîné une mutilation ou infirmité permanente, avait plaidé l’acquittement.

Pour Stéphane Maitre, avocat de la victime, « justice a été rendue ». « C’est un grand soulagement pour mon client, ça va lui permettre de tourner cette page extrêmement douloureuse », a-t-il réagi auprès de l’AFP.

Le 19 novembre 2010, vers 16H45, un inconnu se présente au lycée français et jette un verre d’acide au visage du proviseur avant de prendre la fuite. Brûlé sur la moitié du visage, Pascal Meyer, originaire de l’Yonne, perd l’usage d’un oeil.

Le proviseur avait signifié quelque temps plus tôt à M. Salhi qu’il allait émettre un avis négatif à la reconduction de son contrat d’enseignant.

L’agression aurait été commanditée, selon l’accusation, pour 50.000 nairas (soit environ 250 euros) par l’accusé à un Nigérian. Ce dernier n’a pas pu être identifié.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous