Secondaire : un coût de scolarité « au dessus de la moyenne » de l’OCDE

Selon la Depp, la France dépense 23% de plus que la moyenne de l’OCDE pour un élève du secondaire. Dans le même temps, elle dépense moins que les autres pour le primaire.

examen collegeNous dépensons 23% de plus que la moyenne de l’OCDE pour un élève du secondaire.

Dans une note d’information sur le coût de la scolarité (pour un élève ou un étudiant), la Depp (direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) constate que, comparé aux autres pays, la France se positionne « différemment selon le niveau d’enseignement ».

Dépenses « inégales » entre primaire et secondaire

En 2012, le coût théorique du parcours d’un élève entre le début de sa scolarité obligatoire et la fin de ses études secondaires en France « est dans la moyenne de l’OCDE », avec 112 620 $ en parité de pouvoir d’achat. Mais selon la Depp, il est « inégalement réparti entre le primaire et le secondaire« .

Pour le primaire, la France, qui a une durée de scolarité plus courte qu’ailleurs (5 ans au lieu de 6 chez les autres pays), la dépense annuelle est « en dessous de la moyenne », atteignant 7010 $ par élève, contre 8250 $ pour l’OCDE.

En revanche, pour le secondaire, la scolarité théorique est « plus longue que dans la majorité des pays de l’OCDE » (7 ans, au lieu de 6), et le coût de scolarité est « au dessus de la moyenne », avec 11 050 $ dépensés, contre 9520. « La dépense est donc plus élevée en France (+ 23 %) », précise la Depp.

Dans l’enseignement supérieur, la dépense est « un peu plus élevée en France que dans la moyenne de l’OCDE« , indique la Depp,  avec 61 430 $, contre 57 460 $ pour l’OCDE. Une différence qui s’explique là aussi par une durée d’études « légèrement plus longue ».

Financement public : l’Etat participe « à hauteur de 70% »

Selon la Depp,  la dépense annuelle pour un élève ou un étudiant en France s’élève à 10 450 $ en 2012 – au-dessus de la moyenne de l’OCDE (10 220 $).

En outre, la France se démarque des autres pays de l’OCDE avec son système de financement public : « l’État participe à hauteur de 70 % au financement public de l’enseignement primaire-secondaire, tandis que pour la moyenne de l’OCDE, ce sont les administrations territoriales qui en sont le premier contributeur (62 %) », indique la Depp.

1 commentaire sur "Secondaire : un coût de scolarité « au dessus de la moyenne » de l’OCDE"

  1. Jan Vanier  25 février 2016 à 21 h 13 min

    Dans le primaire : un directeur est aussi un enseignant
    Dans le supérieur : les enseignants ont des décharges pour faire de l’administratif
    Dans le secondaire : les enseignants sont subordonnés à plusieurs hiérarchies qui administrent mais ne sont pas devant les élèves. Je ne sais pas si c’est plus efficace mais c’est probablement plus cher.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous