La Réunion: au moins 75 personnes victimes d’intoxication alimentaire

logo AFP

Au moins 75 personnes ont été victimes d’une intoxication alimentaire après avoir consommé des repas préparés par une entreprise de restauration collective, à La Réunion, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture et des services de secours.

Parmi les 75 personnes, une dizaine d’entre-elles a été dirigée vers les urgences. L’état de santé des malades n’inspirent plus d’inquiétude depuis.

Les premiers cas d’intoxication ont été signalés jeudi après-midi dans deux foyers d’accueil médicalisé de la Saline les Bains et de Saint-Gilles les Bains (ouest de La Réunion). Peu après le déjeuner, une quarantaine de personnes, des adultes et des enfants, ont été atteintes de maux de tête, de vomissements et de diarrhées.

Une trentaine de pompiers a été mobilisée pour porter secours aux malades.

L’agence régionale de santé de l’océan Indien (ARS-OI) a effectué jeudi des prélèvements sur les restes de repas préparés par un prestataire de service spécialisés dans la restauration collective.

Dans le même temps, « une action a été menée conjointement par les services de la Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DAAF) et de l’ARS-OI dans les locaux du prestataire (…), afin d’identifier les germes en cause et de limiter le nombre de contamination », a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Vendredi matin, 35 nouveaux cas d’intoxication étaient signalés dans deux centres de formation des apprentis (CFA) de Sainte-Clotilde (nord de l’île) et du Port (ouest de l’île). Les personnes, dont des apprentis logés dans les internats des CFA, étaient à leur tour atteintes de vomissements et de diarrhées.

La veille, les malades avaient consommé au dîner des repas préparés par le même prestataire de service. Les pompiers et le Samu ont été mobilisés pour prendre en charge les personnes.

En milieu d’après-midi, le préfet a pris un arrêté « suspendant immédiatement l’activité de la cuisine de l’entreprise, c’est-à-dire la fabrication et la livraison de repas ». Le fabriquant a aussi obligation de rappeler et détruire tous les produits livrés les 17, 18 e 19 février, de désinfecter ses locaux et de « faire procéder à une visite médicale du personnel de production afin de confirmer leur aptitude à la préparation de repas. »

Dans la soirée de vendredi, la commune de Saint-Denis a publié un communiqué indiquant : « des symptômes d’intoxication alimentaire ont été détectés en début d’après-midi chez quelques bénéficiaires du dispositif de portage de repas à domicile ». Ces repas provenaient du même prestataire déjà mis en cause. Les personnes atteintes se sont rétablies.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous