Profs non-remplacés : 6000 jours de classe non assurés depuis septembre

Les élèves de primaire et de secondaire de 57 départements ont manqué plus de 6000 jours de classe depuis septembre. La faute à un manque de remplaçants, selon la FCPE.

EnseignantDepuis septembre, les élèves de primaire et de secondaire de 57 départements ont manqué 6000 jours de classe.

Comme le note France Info, la Fédération des Conseils de parents d’élèves (FCPE) a recensé toutes les heures et journées de classe sans enseignant sur un site participatif, « ouyapacours« , jusqu’à parvenir à cette estimation – une « fourchette basse », le nombre exact avoisinant plutôt les 10 000 jours.

Pour la FCPE, la raison d’un tel nombre de jours de classe non assurés serait le manque de remplaçants dans les établissements concernés, en dépit de la création de 35 000 postes par l’Education nationale depuis 2012.

« 400 classes d’école primaire sans maître », chaque jour (93)

A Paris, 40 enseignants contractuels ont été recrutés depuis septembre pour les écoles primaires, et le rectorat annonce 30 créations de postes de remplaçants à la rentrée prochaine. Insuffisant, selon la FCPE, qui estime ces mesures « trop faibles par rapport aux besoins ».

La situation en Seine-Saint-Denis illustre bien le problème du non-remplacement des enseignants. Interrogée par l’AFP, Rachel Schneider, secrétaire départementale du SNUipp-FSU, estime en effet « qu’il y a chaque jour, en ce moment, au moins 400 classes d’école primaire sans maître », soit 5 à 6% du total des classes du département.

Des contractuels « sans formation pour le remplacement »

Inquiet, Hervé-Jean Le Niger, responsable de la FCPE, note que désormais, « cela concerne aussi le premier degré – maternelles et primaires. Les enfants de primaire se retrouvent soit dispersés dans d’autres classes avec des surcharges d’effectifs, soit devant des remplaçants qui ne sont pas des titulaires, qui sont des contractuels recrutés à Pôle Emploi sans formation ».

Or, selon le syndicaliste, « même s’ils ont une certaine qualification », les contractuels « n’ont pas de formation pédagogique pour le remplacement. »

3 commentaires sur "Profs non-remplacés : 6000 jours de classe non assurés depuis septembre"

  1. leulliette  19 février 2016 à 12 h 15 min

    Je pense que au lieu de dire il manque des professeurs ou instituteurs ,Il faut voiur la notion d’absenteisme
    Dans le prive avec la prise de conges payes et absences maladies ,on est à 12 ou 13 %
    Si on etait à ce même ration normal d’absenteisme que dans le privé ….Pourrait on dire qu’il manque des personnes ou qu’il faille avoir plus de personnes dans le système
    On se moque du peuple
    Que l’on fasse des controles ,que les personnes en charge PRENNENT leurs responsabilités
    La France n’est pas gouvernee pour le PUBLIC
    Par contre pour taper sur les Français moyens et les retraites ….on trouve toujours des solutions
    Faites deja respecter les lois et « travailler « la majorite des fonctionnaires et assimiles
    Il y a trop de droits et d’acquis sociaux ,sans aucun controle pour ceux qui le méritent le moins (en General)Signaler un abus

    Répondre
  2. Lydie  19 février 2016 à 21 h 10 min

    C’est bien plus compliqué que ce que vous pensez…un critère très important à prendre en compte pour comprendre « l’absentéisme » des enseignants du premier degrés est la démographie de ce corps, qui est très différente de l’ensemble de la population active, et donc du « privé » (puisque là, on a encore affaire à une attaque au simple fait que la mission régalienne de l’éducation soit effectuée par des personnes qui travaillent pour l’État, des fonctionnaires donc…catégorie protégée, privilégiée et fainéante par excellence pour certains : ces enseignants qui n’ont pas droit à un CE ou une quelconque prime, qui se paye son matériel de travail avec ses propres deniers et qui ne comptent pas ses heures de travail et dont le salaire baisse mécaniquement car les cotisations augmentent pendant que le salaire est bloqué depuis plus de 5 ans déjà..mais ça c’est normal biensûr…je m’égare..) Donc plus de 80% des 370 000 enseignants du secteur primaire sont des femmes ce qui a deux conséquences : un accroissement par rapport à l’ensemble de la population active des congés maternité ainsi qu’un surplus (toujours par rapport à la moyenne de la population active) des journées prises pour les enfants malades. Il faut comparer ce qui est comparable pour critiquer. Ce qui est vrai, c’est que du coup, le nombre de remplaçants n’est pas suffisant …mais rassurez-vous, leulliette, il y a de plus en plus de contractuels pour faire les remplacements comme ça c’est parfait !Signaler un abus

    Répondre
  3. Loys Bonod  20 février 2016 à 10 h 41 min

    Curieux : la FCPE nationale ne fait aucune mention, dans son communiqué, des nombreuses journées de « formation » – et de pertes de cours pour les élèves – liées à la réforme du collège (nouvelles structures, nouveaux programmes, école, numérique), réforme que la FCPE soutient pourtant mordicus. Il est vrai que près d’une vingtaine de fédérations locales, prenant la mesure de l’ampleur des dégâts ont déjà désavoué la fédération nationale.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous