Mort de Simone Lagrange, déportée et témoin-clé du procès Barbie

logo AFP

Simone Lagrange, qui fut l’un des témoins-clés du procès de Klaus Barbie et qui témoigna toute sa vie dans les lycées de la région sur la Shoah, s’est éteinte mercredi à l’âge de 85 ans à Grenoble, a-t-on appris auprès de la ville, qui confirmait une information du Dauphiné Libéré.

« Une amoureuse de la vérité s’est éteinte. Simone Lagrange nous a fait grandir. A chacun de faire vivre son engagement pour une société libre », a salué sur Twitter le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle.

Née au sein d’une famille juive originaire du Maroc du nom de Kadoshe, Simone et sa famille s’étaient installées dans les années trente à Saint-Fons (métropole de Lyon).

A l’âge de 13 ans, Simone avait été arrêtée avec ses parents au domicile familial sur dénonciation le 6 juin 1944, selon une courte biographie transmise à l’AFP par le Centre d’histoire de la résistance et de la déportation (CHRD) de Lyon.

Conduits dans les locaux de la Gestapo à Lyon, fille et parents avaient été interrogés et torturés par son chef Klaus Barbie, qui voulait savoir où étaient cachés les plus jeunes des enfants de la famille.

Incarcérées à Montluc, Simone et sa mère avaient été transférées à Drancy le 23 juin, puis déportées sept jours plus tard vers Auschwitz-Birkenau par le convoi n° 76.

Mère et fille avaient été sélectionnées à leur arrivée pour le travail dans le camp des femmes de Birkenau, mais la mère de Simone avait été gazée dès le 23 août. Son père avait été déporté par le convoi parti de Lyon le 11 août 1944, avec deux des enfants de sa fille aînée âgés de 5 et 7 ans.

Seule Simone avait survécu au travail forcé et aux marches de la mort, au cours desquelles son père fut tué sous ses yeux le 19 janvier 1945. De retour en France fin mai 1945, elle retrouva ses jeunes frère et soeur qui avaient été cachés dans une institution religieuse.

Simone Kadoshe, devenue ensuite Simone Lagrange, sera un des témoins-clés du procès de Klaus Barbie, tenu à Lyon en 1987.

Tout au long de sa vie, Simone Lagrange fut aussi l’infatigable témoin de la Shoah auprès des jeunes, dans les classes. Elle avait relaté cet enfer dans un livre, « Coupable d’être née ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous