Nouvelle journée « université morte » à Corte, persistance de la tension

logo AFP

Une seconde journée « Université morte » a été organisée mardi à Corte (Haute-Corse) par les syndicats étudiants pour protester contre l’interpellation lundi soir de deux personnes lors d’incidents devant la gendarmerie de la ville, a-t-on appris de source syndicale.

Les deux personnes en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie au camp militaire de Borgo sont un agriculteur et une femme soupçonnée d’avoir hébergé des manifestants, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête. Les syndicats étudiants, organisateurs du rassemblement de lundi soir devant la gendarmerie de Corte, avaient initialement indiqué que les deux personnes interpellées étaient des étudiants.

Les portes des facultés de l’université de Corse-Pascal Paoli ont été bloquées mardi par des planches et palettes de bois pour en empêcher l’accès. Une assemblée générale est prévue dans la journée pour décider de la suite à donner au mouvement.

L’université avait été déjà bloquée lundi en signe de solidarité avec huit jeunes supporters bastiais interpellés à Reims après des incidents avec la police à l’issue du match de football Reims-Bastia, samedi soir. Un supporter bastiais a été gravement blessé à l’oeil dans ces échauffourées.

En signe de protestation, des rassemblements ont été organisés mardi devant des lycées de Bastia et d’autres villes corses. Une centaine de jeunes gens ont bloqué la circulation à l’entrée sud de Bastia à la mi-journée avant de se diriger vers le centre-ville.

Deux rassemblements étaient prévus dans l’après-midi à Corte, l’un à l’appel de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) et l’autre des syndicats étudiants.

Lundi soir, quelque 500 personnes s’étaient rassemblées devant la gendarmerie de Corte pour dénoncer les poursuites judiciaires à Reims à l’encontre des supporters bastiais interpellés. Sept d’entre eux comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Reims le 22 mars. Un huitième comparaîtra mi-mars devant la justice des mineurs.

En marge du rassemblement, quelques dizaines de jeunes gens ont lancé des projectiles à l’intérieur de la caserne, provoquant des dégâts matériels sur la grille d’entrée, les caméras de surveillance et des véhicules stationnés dans l’enceinte. Les gendarmes mobiles ont répliqué à l’aide de grenades lacrymogènes. Il n’y a pas eu de blessé. Deux personnes ont été interpellées.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous