Presque dix fois plus de policiers sortant d’école qu’en 2012, selon Cazeneuve

logo AFP

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué vendredi que plus de 4.600 élèves sortiront désormais des écoles de police, dans le cadre du renforcement des effectifs à la suite notamment des attentats, soit dix fois plus qu’en 2012.

« Plus de 4.600 élèves gardiens de la paix sortiront de nos écoles chaque année en 2016 et en 2017 », a dit le ministre en déplacement à Metz (Meurthe-et-Moselle), selon son discours transmis par ses services. « Ils n’étaient que 488 en 2012! », sous le gouvernement de droite, a-t-il ajouté.

« Pour la gendarmerie, les écoles permettront de renforcer les unités de 3.970 sous-officiers en 2016 et de 3.560 en 2017 », a t-il également précisé.

Le ministre a rappelé « l’effort (…) depuis 2012 » du gouvernement afin de recruter policiers et gendarmes, notamment après les attentats de janvier et novembre 2015.

« Alors que la police et la gendarmerie avaient perdu plus de 13.000 emplois entre 2007 et 2012, nous en aurons recréé plus de 9.000 d’ici la fin du quinquennat », a-t-il réaffirmé.

M. Cazeneuve a inauguré à Metz le Service zonal de recherches et d’appui (SZRA), une structure du Service central du renseignement territorial (SCRT), dont l’objectif est « la recherche du renseignement, notamment contre les filières djihadistes » et qui se situe « en première ligne dans notre lutte contre le terrorisme et contre le phénomène d’endoctrinement qui l’alimente ».

« Il s’agit là d’un modèle éprouvé que nous expérimentons depuis 2014 à Lille, Lyon, Marseille, puis, depuis 2015, à Rennes et à Bordeaux », a-t-il encore détaillé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous