Accident de Rochefort: les chauffeurs en garde à vue, alcoolémie négative pour les deux

logo AFP

Les chauffeurs du car scolaire et du poids lourd impliqués dans l’accident qui a tué six adolescents, jeudi matin, à Rochefort (Charente-Maritime) ont été placés en garde à vue et les tests d’alcoolémie et toxicologiques se sont révélé négatifs pour les deux, a-t-on appris de sources concordantes.

« Les deux chauffeurs sont en garde à vue, sous le choc », a indiqué Isabelle Pagenelle, procureure de la République de La Rochelle, lors d’un point-presse au centre de secours de Rochefort.

« Les tests d’alcoolémie et toxicologiques pratiqués sur les deux chauffeurs sont négatifs et des tests toxicologiques sont en cours », a précisé à l’AFP Jérôme Servolle, du syndicat UNSA police.

Dans ses premières déclarations aux enquêteurs, le chauffeur du camion de 13 tonnes appartenant à la société Eiffage a expliqué « qu’il n’avait rien remarqué d’anormal en faisant le plein » avant l’accident, a précisé le policier.

« A ce stade de l’enquête, aucune hypothèse n’est écartée, que ce soit le problème technique du crochet métallique de la ridelle (paroi métallique qui retient le chargement, NDLR) qui a pu céder au passage du car ou une quelconque responsabilité » humaine, a-t-il ajouté.

Selon Mme Pagenelle, « c’est un camion benne dont la ridelle latérale s’est ouverte – pour une raison que nous ignorons pour l’instant puisque des expertises techniques sont en cours – et a cisaillé le côté latéral du bus qui venait dans l’autre sens ».

« Comme les deux véhicules étaient en mouvement, le cisaillement est devenu de plus en plus important et les enfants qui étaient de ce côté-là sont décédés », a-t-elle expliqué.

« Selon les autres jeunes dans le car, tout s’est passé très rapidement et le chauffeur n’a rien pu faire », a dit la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, venue sur place. La ministre, chargée notamment des transports, a indiqué qu’une enquête avait été immédiatement déclenchée par le ministère des Transports « pour faire la lumière sur cet accident » et « savoir pourquoi cette pièce métallique s’est détachée du camion ».

« Nous avons une liste des victimes à partir des cartes scolaires qu’ils avaient dans les poches. Les familles ont été avisées mais nous devons confirmer cette liste par des experstises ADN, qui sont actuellement en cours à l’institut médico-légal de Poitiers », a précisé la procureure de La Rochelle.

Le drame est survenu à 07H15 dans une rue de Rochefort longeant les quais du port de commerce, dans le centre de cette commune de 25.000 habitants. Un car scolaire, qui venait de l’île d’Oléron et se dirigeait vers Surgères, a été heurté par un camion de chantier de 13 tonnes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous