Najat Vallaud-Belkacem: « prendre le sujet des écoles marseillaises au sérieux »

logo AFP

La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud Belkacem, a appelé lundi sur France Bleu Provence « à prendre le sujet des écoles marseillaises au sérieux » et envisage d’utiliser l’enveloppe de la politique de la ville pour financer les travaux « si besoin ».

« Je nous invite tous aujourd’hui à prendre le sujet des écoles marseillaises au sérieux. Au sérieux! », a insisté la ministre de l’Education nationale, au moment où le Conseil municipal de Marseille, réuni lundi, examinait la question.

La polémique sur l’état de vétusté de certaines écoles maternelles et primaires à Marseille a été ravivée par la publication, il y a une semaine, d’une lettre ouverte d’une enseignante dénonçant les conditions dans lesquelles elle exerce son métier.

Parents d’élèves et enseignants ont ensuite multiplié les témoignages sur des murs moisis, des élèves en doudoune dans des classes non chauffées, ou de longs délais d’attente pour faire de menues réparations dans certaines écoles.

« Donc asseyons-nous autour d’une table et travaillons pour que dans ces écoles marseillaises, qu’elles soient situées au centre, à l’est, à l’ouest, au sud ou au nord, les élèves fassent l’expérience des valeurs de la République », a affirmé la ministre.

Dans un courrier daté du 4 février, le gouvernement a décidé, dans le « dialogue » mais aussi en réaction à une municipalité qui semble « minimiser », de saisir le préfet des Bouches-du-Rhône pour « évaluer » et « remettre à niveau » ces établissements.

« J’ai demandé au préfet un point d’étape dans un mois, il faut donc que des travaux soient engagés et nous mettrons si besoin l’enveloppe de la politique de la Ville de 5 millions d’euros à disposition pour accompagner financièrement ces travaux », a-t-elle indiqué.

La ministre de l’Education a dit ne « pas mettre en doute la volonté du maire de Marseille », Jean-Claude Gaudin (LR), d’apporter des réponses, et l’invite à « conjuguer (leurs) efforts » afin d’établir « un diagnostic commun, partagé et avoir des réponses opérationnelles vraiment dans les semaines qui viennent ».

« Solliciter le préfet, ça veut dire que nous avons besoin d’un diagnostic objectif et clair des écoles les plus fragiles et les plus signalées. Il ne s’agit pas d’une logique de contrôle ou d’inspection qui serait négative à l’égard de la mairie de Marseille », a-t-elle expliqué.

« L’Etat avec cette saisine fait le premier pas, j’espère que la mairie fera les suivants sans tomber dans la polémique politicienne », a-t-elle souhaité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous