Installation du comité opérationnel contre le racisme à Ajaccio

logo AFP

Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra), Gilles Clavreul, a installé lundi à Ajaccio le comité opérationnel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (CORA) de Corse-du-Sud.

« Il faut traquer les fauteurs de haine » , a lancé M. Clarveul en rappelant les 4 grandes priorités du plan national, qui se décline en 40 mesures concrètes et à été doté d’un budget de 100 millions d’euros : mobiliser la Nation, sanctionner chaque acte et mieux protéger les victimes, protéger les utilisateurs d’internet de la propagation de la haine, former les citoyens par la transmission, l’éducation.

Ces comités qui seront à terme installés dans tous les départements de France, sont chargés d’élaborer des plans territoriaux, sous l’égide du préfet, du procureur de la République et du directeur d’académie. « Je suis là pour vous proposer une boîte à outils », a ainsi souligné M. Clavreul à la préfecture d’Ajaccio.

Le délégué interministériel s’est ensuite rendu dans le quartier des Jardins de l’empereur, où des sapeurs pompiers avaient été agressés à Noël donnant lieu à plusieurs jours de violence.

Dans la petite salle de l’association de quartier, invités à s’exprimer par M. Clavreul, quelques habitants ont pris la parole. A l’exemple de cette habitante toujours très émue : « Des jeunes ont fait des bêtises et 400 personnes sont venues s’en prendre à une population. Nous insulter parce qu’on est Arabes », a-t-elle dit.

A ses côtés, un homme aux cheveux poivre et sel tonne derrière ses petites lunettes noires : « J’ai l’impression que cela était prémédité, qu’ils ont juste attendu un prétexte pour aller à la chasse à l’Arabe. Ils nous ont fait des menaces de mort, nous ont dit qu’ils allaient nous tuer, qu’il fallait mettre les Arabes dehors. C’est de la barbarie verbale ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous