Réforme de l’orthographe : focus sur un faux débat

L'application dans les manuels scolaires de la réforme de l'orthographe de 1990 n'a cessé de faire réagir la toile, souvent à mauvais escient.

© Brad Pict - Fotolia.com

© Brad Pict – Fotolia.com

Ces derniers jours, le web s’est enflammé au sujet d’une prétendue nouvelle réforme de l’orthographe, qui abolirait entre autres l’accent circonflexe.

Ce que prévoit la réforme de 1990

Cette réforme, qui date en réalité de 1990, est applicable depuis 2008 mais de manière non obligatoire. Elle prévoit une utilisation facultative de l’accent circonflexe sur les « i » et les « u », ainsi que des harmonisations lexicales, des regroupements de noms composés (exemple : « portemonnaie » à la place de « porte-monnaie »).

La nouveauté ? Celle-ci sera appliquée dans tous les manuels scolaires à partir de la rentrée 2016, ce qui n’était pas encore le cas. L’élément déclencheur serait un rappel du ministère datant de novembre dernier, érigeant la réforme de 1990 comme référence orthographique pour les manuels.

Des réactions sans vérifications

La polémique est venue d’un article publié sur le site de TF1 qui affirme que  la réforme de l’orthographe votée en 1990 sera appliquée à la rentrée prochaine. Pensant que cette initiative provient du ministère, de nombreuses personnes ont violemment réagi sur Twitter.

 

Le syndicat étudiant UNI et l’Observatoire des programmes vont même jusqu’à lancer une pétition pour demander le retrait de cette « réforme de l’orthographe imposée par Najat Vallaud-Belkacem ».

 

« Je me demande si on ne se fout pas de nous »

L’écrivain Jean d’Ormesson y est également allé de sa critique dans une tribune publiée dans Le Figaro. Le membre de l’Académie française déclare « Ce qui me choque, ce n’est pas la réforme de l’orthographe, c’est qu’on la sorte en ce moment. La situation du pays est tragique. Jamais la France n’a été dans un état aussi mauvais d’un point de vue moral et c’est le moment que l’on choisit », ajoutant « Je me demande si on ne se fout pas de nous ». Rappelons que le ministère de l’Éducation nationale, contacté par le Monde, indique ne rien avoir annoncé et avoue ne pas comprendre cette polémique.

Source(s) :
  • Le Monde ; Le Figaro

2 commentaires sur "Réforme de l’orthographe : focus sur un faux débat"

  1. Loys Bonod  6 février 2016 à 16 h 12 min

    Pourquoi obliger, pour la première fois, tous les manuels et les programmes scolaires eux-mêmes à appliquer des « rectifications » qui depuis un quart de siècle ne sont pas entrées dans les usages ? L’Académie, prudente, avait précisé qu’elles devaient « être soumises à l’épreuve du temps ». Le résultat est éloquent : les recommandations du Conseil supérieur de la langue françaises n’ont quasiment pas été suivies.

    La situation, ubuesque, sera donc la suivante : seuls les manuels des élèves appliqueront des rectifications adoptées nulle part ailleurs…Signaler un abus

    Répondre
  2. Barbamaîtresse  12 février 2016 à 10 h 28 min

    Effectivement, un vrai « faux débat » initié, comme bien souvent, par les médias qui font peu de recherche de vérité et d’exactitude et assènent des faits comme étant des vérités ! Merci TF1 en l’occurrence … pour ce non événement (avant 1990) euh, non-évènement (depuis 1990) !
    Pour ma part, ce que j’en retiens en tant qu’enseignante, c’est que j’accepte définitivement les deux graphies de certains mots au même titre qu’on accepte que clef puisse s’écrire clé, chesnaie, chênaie ou cuiller, cuillère … et j’en passe ! Et on n’en a jamais fait tout un plat !
    C’est l’usage qui fait évoluer les langues et pas les textes réglementaires (avant 1990) euh, règlementaires (depuis 1990), je pense que, pendant longtemps encore, on écrira nénuphar ou oignon alors que d’autres s’empareront plus rapidement de l’ognon et du nénufar … Et alors ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous