Enquête ouverte sur un clip de rap montrant des collégiens couteaux à la main

logo AFP

Une enquête préliminaire a été ouverte à Paris après la diffusion d’un clip de rap tourné par de jeunes collégiens, qui brandissent des couteaux et une feuille de boucher et profèrent des paroles violentes, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

L’enquête a été ouverte début janvier pour « diffusion de message à caractère violent accessible à un mineur » et « port d’arme prohibé », a-t-on précisé de même source.

La vidéo, vue sur YouTube plus de 11.000 fois mardi matin, n’était plus accessible dans l’après-midi.

Une partie des jeunes qui apparaissent sur le clip sont scolarisés à l’établissement Daniel-Mayer dans le XVIIIe arrondissement de Paris, qui a effectué un signalement au rectorat. Il s’agit d’élèves de cinquième et de quatrième, selon la principale du collège, Catherine Donohue-Weill.

« Nous l’avons appris par un élève qui s’est vanté » d’avoir participé au clip, a-t-elle indiqué.

Elle s’étonne de ce que la maison de production qui a réalisé le clip, Vision Industry, ait pu d’adresser à des mineurs. Et doute qu’il y ait eu autorisation des parents, alors que c’est obligatoire selon le droit à l’image des mineurs.

Plus largement, la principale souligne que les jeunes font de l’art avec ce qui les fascine. « Ce qui apparaît dans ce clip, ce sont les thèmes qui les fascinent: la drogue, le sexe et l’argent ».

« C’est un jeu pour eux, ils n’ont même pas conscience que ce qu’ils ont fait est condamnable. Ils ne font que mimer ce qu’ils voient dans les clips de rappeurs qu’ils regardent », souligne-t-elle. « Et nous pendant ce temps, on leur explique qu’il faut faire des études, se former, pour trouver un travail et gagner sa vie ».

Le collège Daniel-Mayer multiplie les actions du type partenariat avec des centres culturels, compétitions de hip-hop avec d’autres établissements, matches de foot filles-garçons, pour ramener ces enfants sur un terrain d’où la violence est exclue, explique Mme Donohue-Weill.

Elle a décidé de ne pas évoquer le sujet avec les élèves pendant la durée de l’enquête. « Après seulement, on évoquera l’affaire », dit-elle.

nos-pta-arb-fmp/mra/phc

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous