Les élèves de six lycées parisiens « mis à l’abri » après de nouvelles menaces

logo AFP

Les élèves de six lycées parisiens objets de menaces téléphoniques ont été « mis à l’abri » jeudi et la police « sécurise les lieux », deux jours après des alertes à la bombe infondées dans des établissements à Paris.

Le lycée Passy-Saint-Honoré s’ajoute à la liste des établissements objets de menaces téléphoniques jeudi matin, dans laquelle figuraient déjà les lycées Charlemagne, Condorcet, Hélène-Boucher, Louis-Le-Grand et Victor-Hugo, a-t-on appris auprès de la police et du rectorat de Paris. Il ne s’agit « pas d’alertes à la bombe mais de menaces », a précisé le rectorat, sans plus de détails.

Ces menaces interviennent deux jours après des appels anonymes faisant état de colis piégés dans six lycées parisiens, parmi lesquels, déjà, les prestigieux lycées Charlemagne, Louis-Le-Grand et Condorcet. Ces alertes avaient été levées dans la journée.

En fonction des plans particuliers de mise en sécurité (PPMS, propres à chaque établissement), les lycéens peuvent être confinés, être réunis dans une pièce particulière ou encore dans la cour, a-t-on expliqué.

Les alertes de mardi concernaient les lycées parisiens Charlemagne, Fénelon, Montaigne, Condorcet, Henri-IV et Louis-le-Grand.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour menaces de destruction, confiée à la Sûreté territoriale de Paris.

Au Royaume-uni, où des écoles avaient également été menacées mardi, la police enquêtait jeudi sur de nouveaux appels anonymes concernant 14 écoles de la région de Birmingham (centre).

« A ce stade, rien ne signale de menace crédible pour aucune de ces écoles », a déclaré l’inspecteur Colin Mattinson, de la police de la région des West Midlands.

Par ailleurs, quatre écoles de Merton, au sud-ouest de Londres, auraient été évacuées jeudi pour les mêmes raisons, selon des médias locaux. La police métropolitaine de Londres n’a ni confirmé ni infirmé cette information.

Mardi, les établissements menacés avait été placés sous alerte, finalement levée en fin de journée.

Aux Etats-Unis, neuf établissements scolaires situés dans le comté de Bergen, dans l’est du pays, avaient, eux, été brièvement évacués le 19 janvier après des appels anonymes faisant état de la présence de bombes.

La France et le Royaume-Uni, qui font partie de la coalition conduite par les Etats-Unis contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, ont encore été visés ce week-end par une vidéo de propagande de l’EI.

Dans son numéro de fin novembre, la revue francophone de propagande de l’EI, Dar-al-Islam, avait pris pour cible les enseignants, accusés d’être « en guerre ouverte contre la famille musulmane » et a appelé à les « tuer ».

L’EI a revendiqué les attentats parisiens de novembre, qui ont fait 130 morts.

ang-kap-mw-arb/tmo/nm

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous