Une enseignante jugée pour outrage à la suite d’une plainte du maire FN de Beaucaire

logo AFP

Une enseignante a comparu mercredi devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour « outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique », à la suite d’une plainte du maire Front national de Beaucaire (Gard).

Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 9 mars. François Schneider, pour le ministère public, s’en est remis à l’avis du juge sans prononcer de réquisition.

Julien Sanchez et son adjoint Stéphane Vidal accusent l’enseignante de les avoir traités de « membres d’un parti raciste et xénophobe », lors du premier conseil d’administration du lycée professionnel Paul-Langevin dans lequel devait siéger le FN le 17 juin 2014.

Des enseignants, membres du conseil d’administration du lycée, avaient refusé de siéger en présence du nouveau maire Front national et d’un de ses adjoints.

Cité en qualité de témoin, le proviseur de l’établissement a appuyé la thèse de l’enseignante indiquant qu’elle s’était contentée de lire une motion collective des enseignants dans lequel le FN était qualifié de « parti raciste et xénophobe ».

« J’ai lu la motion et nous avons tourné les talons avec mes collègues », a déclaré à la barre l’enseignante, qui a dû depuis quitter Beaucaire pour Nîmes. « Je suis sidérée d’être seule mise en cause », a-t-elle ajouté, dénonçant une « mesure d’intimidation par rapport à la procédure que j’ai engagée contre le maire ».

L’avocate du maire FN Sylvie Josserand a violemment et longuement attaqué l’enseignante, répétant sans cesse son nom et la qualifiant de « girouette », l’accusant de « reniements ». « Elle ment, elle essaie d’échapper à ses responsabilités », a affirmé l’avocate de M. Sanchez, alors que l’enseignante s’empourprait sur le banc opposé.

« Quand on dit que le FN est un parti raciste et xénophobe, on exerce son simple droit à la liberté d’expression », a rétorqué Me Eve Soulier, pour la défense de l’enseignante. Me Soulier, qui a nié toute attaque personnelle de l’enseignante contre le maire, a demandé la relaxe et 5.000 euros de dommages et intérêts.

« Les propos tenus sur moi dans ce tribunal (par l’avocate du maire FN) – girouette, menteuse, falsificatrice, sont outrageants », a tenu à dénoncer à la barre l’enseignante devant le président du tribunal Cyril Ozoux.

Aprés l’incident de juin 2014, l’équipe municipale FN avait évoqué dans un communiqué « quelques syndicalistes sans éducation, privilégiés, aigris et sectaires », « dont le comportement n’a rien à envier à celui de racailles ». Le 12 janvier, M. Sanchez a été relaxé en appel à Nîmes pour injure envers l’enseignante, membre de la CGT Education, après avoir été condamné en première instance.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous