Hauts-de-Seine: le lycéen muni d’armes factices va être hospitalisé d’office (police)

logo AFP

Un lycéen qui avait créé lundi un début de panique en déambulant muni d’armes factices dans un centre commercial de Boulogne-Billancourt, près de Paris, va être hospitalisé d’office, a-t-on appris mardi de source policière.

Le jeune homme de 15 ans, brillant élève, a fait l’objet d’une expertise psychiatrique qui a conclu à l' »abolition » de son discernement et l’a déclaré « irresponsable pénalement », selon cette source et une source judiciaire.

Sa garde à vue a pris fin en fin d’après-midi et « il va être hospitalisé d’office », a rapporté la source policière.

Lundi vers 18H00, le jeune homme, originaire de cette banlieue cossue des Hauts-de-Seine, était entré dans le magasin Monoprix du centre commercial « Les Passages », équipé de répliques d’un « fusil d’assaut américain et d’un pistolet automatique », avait expliqué le commissaire de Boulogne, Alain Veron.

Le jeune homme avait « généré une certaine psychose », menaçant des clients, et les pompiers avaient été appelés pour une femme qui a fait un malaise, avait-il expliqué.

Le lycéen, interpellé au rayon vins du supermarché, avait paru ivre aux policiers, mais son état était en réalité dû à la prise de « médicaments pour des problèmes psychologiques », selon la source policière.

Selon ses premières déclarations, ce « Boulonnais de bonne famille », « brillant élève en classe de seconde d’un lycée coté de la ville de Boulogne », « voulait simplement attirer par ces faits l’attention de la population sur son humble personne », avait expliqué le commissaire.

Il était jusqu’alors inconnu de la justice.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous