Grève dans les écoles pour une hausse des salaires et dans les collèges contre la réforme

logo AFP

Un tiers des enseignants du primaire selon leur principal syndicat, pas plus de 13% selon le ministère, étaient en grève mardi pour réclamer des hausses de salaire tandis que les profs du second degré entendaient protester contre la réforme du collège.

La maternelle Joliot-Curie à Pantin, à l’est de Paris, était fermée car les enseignants des neuf classes sont en grève. Mais pas de surprise pour les parents, prévenus il y a quelques jours et qui ne se sont donc pas déplacés, explique une mère qui a pris une RTT pour garder ses enfants. « L’école fermée, c’est rare. Même pendant la crise des nouveaux rythmes scolaires, je ne me souviens pas d’une telle chose », explique-t-elle.

Le SNUipp, premier syndicat chez les enseignants des écoles maternelles et élémentaires, estime le taux de grévistes à près de 33%, soit 100.000 instituteurs. Le ministère de l’Education n’en avait répertorié lundi que 37.150 très précisément, soit un taux de 13%, « sur la base du recensement exhaustif des déclarations d’intention ».

Les enseignants du primaire doivent signaler 48 heures à l’avance s’ils décident de ne pas assurer la classe, afin que les communes puissent mettre en place un service d’accueil, en conformité avec la loi de 2008.

Dans le second degré, et plus particulièrement au collège, une intersyndicale a appelé les professeurs à ne pas assurer les cours et à descendre dans la rue pour pousser le gouvernement à revoir sa copie sur la réforme du collège, objet d’une vive polémique.

A Paris, les professeurs du collège contre la réforme se rassembleront à 13H30 à Port-Royal, avant de rejoindre le cortège des autres fonctionnaires en grève qui partiront de Montparnasse à 14H00. Les agents publics sont appelés à cesser le travail par trois syndicats (majoritaires), la CGT, FO et Solidaires.

Professeurs des écoles et enseignants au collège défileront donc côte à côte en province et dans la capitale, mais avec deux mots d’ordre distincts. Il sera difficile de savoir qui défile sous quel mot d’ordre, parmi les fonctionnaires de l’Education.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous