Baraka City: Vallaud-Belkacem s’explique sur sa réaction a minima

logo AFP

Najat Vallaud-Belkacem, critiquée pour avoir réagi a minima dimanche à des déclarations d’un dirigeant d’ONG musulmane sur les rapports homme-femme et le groupe Etat islamique, s’est défendue mardi dans le Parisien, disant ne pas avoir voulu « donner une valeur à sa parole ».

La ministre de l’Education a été très critiquée sur les réseaux sociaux pour ne pas avoir réagi plus vivement, sur le plateau de l’émission de Canal+ « Le supplément », aux propos du fondateur de Baraka City, Idriss Sihamedi, qui ne « serre pas la main aux femmes » et s’est montré louvoyant sur la question de savoir s’il condamnait l’EI.

« Mon premier mouvement, quand on m’a demandé si je souhaitais poursuivre la discussion, a été de répondre +non+ sèchement. Car je refuse de me prêter à ce petit jeu nauséabond consistant à inviter des gens infréquentables pour faire du buzz », explique-t-elle dans Le Parisien.

« Aurais-je dû m’engager dans un débat avec cet individu, aller au clash dans les 30 secondes » qui « m’étaient offertes à la fin de son interview (….)? Non, car cela aurait été reconnaître une valeur à sa parole », estime-t-elle.

Dimanche, Idriss Sihamedi avait notamment dit sur le plateau « c’est pas qu’on condamne pas l’Etat islamique, c’est qu’on essaie d’avoir une certaine pédagogie pour essayer de discuter avec les jeunes et pour leur faire comprendre qu’il y a une alternative qui est bien, qui est pacifique, qu’on peut trouver au Togo ou en France ».

Devant l’insistance de l’intervieweur, il avait ajouté : « d’une manière plus générale et très humaine, l’organisation humanitaire Baraka City condamne toutes les exactions qui soient commises par des groupes armées, par des gouvernements, par des juntes (…). S’ils tuent des gens, s’ils brûlent des gens dans des cages, etc, je vais pas vous dire +oui+. S’ils tirent sur des femmes enceintes, je ne vais pas vous dire +non je ne condamne pas+ ».

A la question de savoir si elle voulait réagir, la ministre avait rétorqué : « Non. Plus exactement si je devais réagir parce que je ne connais pas bien l’association, je dirais qu’il faut distinguer deux choses, la situation de Moussa », membre de l’ONG emprisonné au Bangladesh, qui « en tant que Français, « a droit à une aide et à une protection qui lui est apportée par l’ambassade. Et puis pour le reste, je crois que c’est une association qui porte une façon de voir les choses qui n’est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l’aise sur votre plateau, honnêtement, et donc je ne rajouterai rien ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous