Colmar: un jeune homme jugé pour des coups de couteau sur un lycéen par dépit amoureux

logo AFP

Le procès d’un jeune homme qui, par dépit amoureux, avait assené plusieurs coups de couteau dans le dos d’un élève dans un collège-lycée catholique de Colmar en janvier 2014, s’est ouvert lundi devant la cour d’assises du Haut-Rhin.

Quentin Schifferlé, 20 ans, comparaît pour « tentative d’assassinat » envers un lycéen présenté comme son rival amoureux, à qui il avait asséné 5 ou 6 coups de couteau dans le dos. Partie civile au procès, la victime a survécu à son agression.

Le 28 janvier 2014, l’accusé, alors âgé de 18 ans et demi, était revenu dans son ancien lycée quelques mois après y avoir décroché son baccalauréat, pour semble-t-il se venger du nouveau compagnon de son ex-petite amie, un lycéen de terminale de 17 ans.

Alors que ce dernier lui tournait le dos, le jeune majeur, avait sorti d’un sac à dos un couteau de cuisine doté d’une lame de 30 cm et le lui avait planté près de la colonne vertébrale, puis au cou.

Le lycéen avait eu le poumon perforé, mais aucun organe vital n’avait été touché.

L’accusé est aussi jugé pour « blessures involontaires »: au cours de l’agression, il avait aussi blessé à l’arcade sourcilière un enseignant d’histoire-géographie de 60 ans venu s’interposer. Ce dernier était parvenu à maîtriser l’agresseur.

Interpellé puis déféré fin janvier 2014 devant le parquet de Colmar, Quentin Schifferlé est actuellement détention provisoire. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Le procès doit permettre d’établir les circonstances et les causes du passage à l’acte de l’accusé, qui le jour des faits devait faire sa rentrée dans une école d’infirmiers à Sélestat (Haut-Rhin).

Durant l’instruction, le jeune homme a partiellement reconnu les faits, contestant néanmoins avoir prémédité son geste.

Le verdict est attendu mercredi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous