Trafic d’inscriptions: 18 mois ferme requis contre l’ex-président de l’université de Toulon

logo AFP

Trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis ont été requis jeudi contre Laroussi Oueslati, l’ancien président de l’université de Toulon jugé pour corruption, détournement de fonds publics et faux pour avoir pris part à un trafic d’inscriptions d’étudiants chinois.

Le procureur Ludovic Leclerc a également réclamé devant le tribunal correctionnel de Marseille une amende de 20.000 euros et une interdiction d’exercer toute fonction publique pendant cinq ans.

« Ce dossier est particulièrement grave », a-t-il estimé: « On est sur le devoir d’exemplarité d’une personne chargée de service public, sur de l’argent public et une atteinte a été portée à l’université et à la valeur des diplômes ».

M. Oueslati se voit notamment reprocher d’avoir pris part à un trafic d’inscriptions massives d’étudiants chinois à la rentrée universitaire 2008/2009. « L’université est un symbole dans tous les pays, un lieu de savoirs, de lumière, de passerelle entre les cultures et le civilisations », a poursuivi M. Leclerc, dénonçant de « très nombreux dysfonctionnements (…) montrant que Laroussi Oueslati n’était pas l’homme de la situation ».

Une peine de six mois de prison avec sursis et une amende de 2.000 euros ont été requis contre Huimin Ren, ancienne chargée de mission auprès du président de l’université pour avoir bénéficié d’un contrat d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche, sans en remplir les conditions et sans effectuer la contrepartie des heures d’enseignement de chinois prévues par ce contrat, a expliqué le procureur.

Il a en revanche abandonné les poursuites pour corruption active, Mme Ren ayant été soupçonnée d’être l’un des intermédiaires d’une filière chinoise mise en place pour monnayer les inscriptions des étudiants asiatiques.

Des condamnations allant d’un an de prison avec sursis à 18 mois ferme ont été requises contre quatre autres acteurs chinois de la corruption et un mandat d’arrêt a été demandé contre deux d’entre eux, repartis en Chine au moment où l’affaire avait éclaté en 2009.

« Nous ne sommes pas dans la maladresse, l’imprudence, nous avons des éléments extrêmement nombreux et convergents qui démontrent la culpabilité des prévenus et du principal protagoniste », a assuré M. Leclerc. Mercredi, Laroussi Oueslati avait « assumé des erreurs administratives ».

Le procureur a demandé au tribunal de ne prêter aucun crédit aux propos de l’ancien président qui, tout au long de l’audience, a suggéré être victime d’un règlement de comptes politiques.

Les défenseurs de M. Oueslati, Mes Lionel Moroni et Arnaud Lucien devaient plaider sa relaxe totale. ll/mdm/jag

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous