Le plan Hollande pour l’emploi « est une insulte » aux chômeurs (Larrivé, LR)

logo AFP

Le plan d' »urgence » pour l’emploi que doit détailler lundi François Hollande « est une insulte aux 5.743.600 chômeurs de France », a affirmé Guillaume Larrivé, député de l’Yonne, un des porte-parole du parti Les Républicains.

Sur le Code du travail, le président de la République « empile les rapports », a dénoncé M. Larrivé lundi matin sur RFI. « On ne modifie en rien aujourd’hui les paramètres du Code du travail, on ne touche pas aux contrats de travail, on ne touche pas aux horaires de travail ».

« Dans quelle planète vit François Hollande et vivent les membres de son gouvernement pour imaginer qu’il suffirait de verser un petit chèque de 1.000 ou 2.000 euros à une entreprise pour qu’elle se mette à embaucher? Et pourtant c’est ça qu’il va proposer, ça n’est pas responsable », a-t-il déclaré.

« Quant à la multiplication des pseudo-formations (…), l’objectif c’est de faire baisser artificiellement les statistiques pour tenir cette promesse d’inversion de la courbe du chômage, mais franchement cela ne va abuser personne », a-t-il poursuivi. « On constate une augmentation très forte du nombre de demandeurs d’emploi parce qu’il n’y a pas de vraies modifications de structures pour rendre notre économie plus agile, plus mobile, plus créatrice de richesses et d’emplois ».

En fin de matinée, François Hollande annoncera ses dernières mesures aux acteurs de l’entreprise et de l’emploi, ainsi qu’aux principaux leaders syndicaux et patronaux, présents au Conseil économique, social et environnemental (Cese). Il a déjà révélé les principaux axes lors de ses voeux télévisés: 500.000 formations supplémentaires pour les chômeurs, des mesures en faveur de l’apprentissage et une aide à l’embauche pour les TPE et PME. Plusieurs médias évoquent sur ce dernier point une prime de 1.000 à 2.000 euros pour toute embauche d’un salarié rémunéré jusqu’à 1,3 fois le Smic.

« Les chefs d’entreprise ne sont pas des chasseurs de prime », souligne de son côté Xavier Bertrand (LR) dans un entretien lundi aux Echos. « Il vaut mieux une baisse des charges, c’est lisible et surtout durable », estime le président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

« Dès la fin du mois de janvier, je ferai voter la prise en charge par la région NPDCP d’un quart des charges patronales pour tout emploi nouveau jusqu’à 1,6 Smic dans les entreprises de moins de 250 salariés », ajoute l’ancien ministre du Travail.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous