Droit de grève: réintégration de 11 employés de Sodexo licenciés pour abandon de poste (avocat)

logo AFP

Onze des 18 employés des cantines scolaires marseillaises, licenciés par leur employeur Sodexo pour abandon de poste alors qu’ils se disaient grévistes, devraient être finalement réintégrés, après un accord entre la CGT et le groupe, a-t-on appris dimanche auprès de leur avocat.

Ces 18 employés, avaient porté l’affaire aux prud’hommes, qui avaient renvoyé l’affaire devant le juge du fond, lors d’une première audience en urgence, mi-décembre.

« Par accord du 15 janvier signé avec la CGT, Sodexo accepte de réintégrer, à compter du 1er février 2016, 11 salariés sur les 18 grévistes licenciés pour faute lourde, le sort des 7 (autres) salariés restant encore à déterminer », a précisé à l’AFP Me Steve Doudet. « C’est une victoire des salariés (..) face à une violence patronale inouïe », a-t-il ajouté.

Ces salariés avaient été licenciés pour faute lourde pour n’avoir pas repris le travail au lendemain d’une grève à la cuisine centrale des cantines marseillaises et de la signature par plusieurs délégués syndicaux d’un protocole de fin de conflit, qui prévoyait notamment des augmentations de salaires.

« Ils n’ont pas émis de revendication » montrant qu’ils étaient en grève, avait expliqué le groupe à l’AFP.

Certains salariés « ont tout perdu pour trois heures de grève », avait relevé Me Steve Doudet, soulignant que certains cumulaient jusqu’à « 38 ans d’ancienneté » professionnelle.

« Le droit de grève appartient aux salariés », qui n’ont pas à suivre les consignes d’un syndicat, avait-t-il souligné, ajoutant que dans le privé, hors secteur des transports, le dépôt d’un préavis n’est pas obligatoire.

La faute lourde, commise dans l’intention de nuire à l’entreprise, est la plus grave qui puisse être reprochée à un salarié. Elle entraîne un licenciement sans indemnité ni préavis.

Groupe français fondé il y a près de 50 ans à Marseille, Sodexo se présente comme « le leader mondial des services de qualité de vie », fournissant aussi bien hôpitaux, prisons qu’universités. Il emploie 37.000 personnes en France et se présente comme le 1er employeur français dans le monde.

fbe/mm

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous