Wikipédia bloque pour un an une adresse IP du ministère de l’Intérieur

logo AFP

Wikipédia a bloqué pour un an l’une des adresses IP (numéro de serveur informatique) les plus actives du ministère de l’Intérieur, d’où émanaient « trop d’actes de vandalisme » de ses articles, a indiqué l’encyclopédie en ligne, confirmant une information du Canard enchaîné.

De cette adresse IP, dont dépend une série de postes de travail, sont parties 4.000 modifications de Wikipédia depuis 2007, souvent du vandalisme (grossièretés, modifications irrégulières…) venant régulièrement d’un même auteur, a précisé à l’AFP l’un des administrateurs de l’encyclopédie, répondant au pseudonyme de « Jules78120 ».

Sollicité par l’AFP, le ministère de l’Intérieur n’avait pas encore réagi en début d’après-midi.

Cette adresse IP a déjà été bloquée huit fois depuis 2008, généralement pour trois jours, et quelquefois pendant un mois, selon Wikipédia.

Le blocage d’un an est une sanction assez rare, car généralement les actes de vandalisme -modifications sans fondement, ou encore gros mots ou commentaires partisans- entraînent des blocages de quelques jours de l’IP de leurs auteurs, qui peuvent encore consulter les articles mais plus les modifier.

Si l’auteur agit depuis son lieu de travail ou son établissement scolaire, l’adresse IP qui apparaît sur internet est l’adresse publique de son institution, et non pas l’adresse individuelle de sa machine: c’est celle que peut bloquer Wikipédia, ce qui bloque aussi automatiquement tous les postes de travail qui y sont rattachés. Cette sanction est typiquement appliquées à des collèges par exemple, dont les élèves s’amusent à vandaliser des articles.

Déjà en 2013 selon Le Canard, un fonctionnaire du ministère avait tenté à de multiples reprises de modifier la fiche du préfet de police de l’époque, Bernard Boucault, afin d’effacer la trace de ses démêlés avec les opposants au mariage pour tous. Ce qui avait valu au ministère d’être temporairement bloqué par Wikipédia.

Toujours d’après Le Canard, en août, des fonctionnaires du ministère avaient effacé une partie de la fiche de présentation de l’encyclopédie pour la remplacer par un mot d’insulte et le 9 décembre, le ministère a fait l’objet d’un avertissement pour vandalisme répété.

Comme de nouvelles tentatives de vandalisme ont encore eu lieu ensuite depuis des ordinateurs du ministère, Wikipédia a finalement bloqué le 18 décembre l’adresse IP pour une année entière, précise Le Canard enchaîné.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous