“Projet Star Wars” en 3e : faire de la saga “un support” pour toutes les matières

Les “3e Star Wars” du collège de Sens étudient de nombreux sujets, dans toutes les matières, en se servant de la saga et de son univers. Un projet pédagogique original et ludique, qui permet “d’accrocher” et de motiver les élèves.

Les 3e Star Wars ont conçu des affiches basées sur celles utilisées par la propagande nazie. Une façon d'étudier un point du programme d'Histoire d'une façon active et ludique.

Les « 3e Star Wars » ont conçu des affiches basées sur celles de la propagande nazie ou soviétique.

En 2014, Julien Malherbe, prof d’histoire au collège (REP) des Champs-Plaisants de Sens, était à la recherche, avec ses collègues, “d’un moyen original d’intéresser et d’impliquer davantage les élèves”. Ainsi, note-t-il, “il est souvent difficile de réussir à motiver les élèves sur une année scolaire entière, notamment avec les support pédagogiques classiques”.

“Distiller Star Wars au sein des cours”

Fan de Star Wars, l’enseignant a l’idée d’utiliser la saga comme support pédagogique. “J’ai commencé à me servir des films dans ma matière, avant de m’apercevoir qu’ils permettaient de traiter d’autres disciplines”, raconte-t-il.

L’idée du “Projet Star Wars” : “distiller la saga au sein des cours, dans toutes les disciplines”. Pas toute l’année, “mais le plus possible, quand le programme s’y prête et que la saga peut servir de support”, indique Julien Malherbe.

Les "3e Star Wars" ont conçu des affiches basées sur celles de la propagande nazie ou soviétique.

Les « 3e Star Wars » ont conçu des affiches basées sur celles de la propagande nazie ou soviétique.

En 2015, dans le cadre d’une séquence sur la propagande, ses élèves ont réalisé des affiches mêlant Star Wars et réalité historique. Ainsi, “ils ont mieux compris de quoi était composée une affiche, et ses objectifs…”, explique le prof.

Les régimes totalitaires et l’Empire Galactique

Cette année, les “3e Star Wars”, ont étudié les régimes totalitaires. Avec des documents “classiques” sur le nazisme et le stalinisme. Puis en “comparant l’arrivée au pouvoir d’Hitler et du chancelier Palpatine, avant d’analyser les éléments propres au totalitarisme montrés dans la saga, comme la restriction des libertés”.

Julien Malherbe utilise aussi des discours, extraits des films : en octobre, il a projeté en classe un passage de l’épisode III, dans lequel Palpatine proclame “l’Empire Galactique”, puis un discours d’Hitler.

Palpatine au Sénat / Star Wars Episode III

Palpatine au Sénat / Star Wars Episode III

“Objectif : montrer que leurs arrivées au pouvoir étaient similaires”, note le prof. Après avoir “isolé des points de comparaison dans une carte mentale”, les élèves ont pu “visualiser” les “caractéristiques d’un régime totalitaire”.

Mi-décembre, Julien Malherbe a accompagné ses élèves au cinéma, pour visionner avec eux l’épisode VII. Il envisage de s’en servir l’année prochaine comme d’un “support pour travailler également sur les régimes totalitaires”.

Des cours “plus attrayants”

En SVT, les 3e Star Wars ont étudié la classification des espèces avec Star Wars.

En SVT, les 3e Star Wars ont étudié la classification des espèces avec Star Wars.

En passant par Star Wars, les élèves “ont une meilleure compréhension des choses, car la saga est proche d’eux. En Histoire, un événement leur paraîtra lointain, mais un film moins. Ils s’y projettent plus facilement”, remarque-t-il.

En outre, “le projet s’intègre dans celui, plus global, du collège, qui tente de rendre les élèves plus autonomes et actifs, avec des travaux en groupes et de la production de contenus”, constate l’enseignant.

Ainsi, Star Wars rend le cours “plus ludique et attrayant” pour les élèves, “surtout ceux en difficulté, grâce à un support différent, qui les accrochera plus que les supports traditionnels, vite jugés rébarbatifs”, explique le prof.

Un univers “exploitable dans toutes les disciplines”

En physique-chimie, les 3e Star Wars ont dû calculer la puissance d’un sabre laser.

En physique, les 3e Star Wars ont dû calculer la puissance d’un sabre laser.

Si Julien Malherbe a choisi Star Wars, c’est surtout parce que son univers est un “miroir de notre Histoire” et “de la culture mondiale” – donc “exploitable dans de nombreuses disciplines”.

En SVT, les 3e Star Wars ont ainsi étudié la classification des espèces, en “classant” les créatures vues dans la saga selon leurs attributs.

En physique-chimie, les 3e étudient la notion de puissance des appareils électriques. “Plutôt que de leur expliquer cela en étudiant un grille pain, mon collègue a choisi de leur faire calculer la puissance d’un sabre laser. Un objet qui n’existe pas, et qui les intéresse vraiment”, indique Julien Malherbe.

Attention : il s’agit d’un projet “pédagogique, sérieux, à utiliser une fois que les élèves ont vu et compris les fondements originels de ce qu’ils vont étudier à travers ce support”, prévient le prof d’histoire.

Faire des maths avec l’Etoile Noire

En maths, Christophe Auclair a conçu une application ludique afin que ses élèves manient différents théorèmes, à travers l'univers de Star Wars.

En maths, C. Auclair a conçu une application ludique afin que ses élèves manient différents théorèmes, avec Star Wars.

En maths, Christophe Auclair a “adapté à Star Wars” son cours sur les théorèmes, en donnant des “missions” à ses 3e, à partir d’une application conçue par ses soins.

Première mission : calculer le rayon de “l’Etoile Noire”. Pour cela, les élèves devaient utiliser le théorème de Thalès. “Il s’agit d’un exercice autour d’une éclipse de lune, que j’ai adaptée pour qu’il colle à l’univers de Star Wars, en remplaçant la Lune par l’Etoile Noire, et le Soleil par la planète Tatooine”, note C. Auclair.

Seconde mission : calculer la quantité d’acier nécessaire pour construire l’Etoile Noire. “Il s’agissait d’une tâche complexe, avec beaucoup d’infos à trier, afin de calculer le volume de l’Etoile Noire – ce qui correspond au volume d’une boule”, indique-t-il.

Pour le prof, “même si 100% des élèves ne se mettent pas à aimer les maths grâce à Star Wars, l’impact est positif : ils sont plus motivés et attentifs”. En février, il réitérera avec son cours sur la géométrie dans l’espace.

Des projets interdisciplinaires

J. Malherbe et son collègue d’arts plastiques, ont fait réaliser par les élèves des photomontages.

J. Malherbe et son collègue d’arts plastiques, ont fait réaliser par les élèves des photomontages.

Les enseignants mènent aussi des projets interdisciplinaires : Julien Malherbe a travaillé avec son collègue d’arts plastiques, afin de faire réaliser par les élèves des photomontages, calqués sur les oeuvres d’Agan. Harahap (qui insère des personnages de la saga dans ses photos). Sur l’un des montages réalisés par les 3e, un “quadripode” traverse la cour du collège.

En septembre, une partie des 3e ne connaissait pas Star Wars. “Nous les avons invité à regarder la saga chez eux… Beaucoup sont devenus fans !”, s’amuse Julien Malherbe.

LIRE AUSSI : Apprendre Descartes et les philosophes orientaux avec Star Wars (au lycée)

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous