Le CFJ fait le pari d’une école post-bac pour former aux contenus numériques

logo AFP

Le Centre de Formation des Journalistes (CFJ) a annoncé mardi la création d’une formation en trois ans après le bac, l’Ecole W, qui ambitionne de « former aux métiers du numérique qui n’existent pas encore », selon sa directrice.

« Les jeunes sont très mal préparés aux métiers du journalisme et du numérique », estime Julie Joly. Or, pour les rendre plus « autonomes », plus « polyvalents », davantage portés sur la création d’entreprise et plus sensibles aux bouleversements technologiques, il faut « le faire dès la sortie du bac », a déclaré à l’AFP l’ancienne journaliste de L’Express.

L’Ecole W, ouverte à tous les bacheliers, proposera dès la rentrée 2016 un cursus alliant culture générale et culture numérique, avec une dernière année axée soit sur la création d’une start-up, soit sur les métiers de la communication numérique (rédacteur, concepteur de sites internet, « community manager », etc.), soit sur ceux du journalisme et de la fiction.

Son nom est un clin d’oeil aux « 5 W » souvent cités comme les règles de base du journalisme: les questions qui? quoi? où? quand? et pourquoi? (who? what? when? where? et why? en anglais).

La création de l’école est financé à 100% par Abilways, le groupe de formation continue maison mère du CFJ. L’école vise l’équilibre « dans quatre à cinq ans », selon Julie Joly.

La scolarité coûtera 7.800 euros par an, un niveau « dans la moyenne des écoles post-bac », affirme la directrice du CFJ, qui recherche des partenariats avec des fondations pour adapter à terme ces frais aux revenus des candidats.

Ludovic Blecher, directeur du fonds Google pour l’innovation et membre du conseil d’administration du CFJ depuis un an, présidera le comité stratégique de l’Ecole W à titre personnel, mais le fonds Google, qui finance des projets de médias français axés sur le numérique, n’a pas mis d’argent, précise Julie Joly.

L’école, située dans le XIIe arrondissement de Paris, pourra accueillir jusqu’à 150 élèves, mais aucun chiffre n’est fixé pour la première promotion.

Les étudiants ne seront recrutés ni sur concours ni sur dossier, mais après un questionnaire visant à cerner leur personnalité et leur créativité, suivi d’un entretien individuel.

Julie Joly espère attirer des profils atypiques, un peu sur le modèle de l’Ecole 42, la formation gratuite en informatique créée par l’entrepreneur Xavier Niel (elle n’exige aucun diplôme mais n’en délivre pas non plus).

Les deux écoles ont d’ailleurs des projets en commun, affirme-t-elle.

Le CFJ, qui fête cette année ses 70 ans, est l’une des 14 écoles de journalisme reconnues par la profession, via deux ans de formation initiale au niveau master.

abb/cb/gf

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous