Les immigrés mal intégrés même s’ils se sentent « massivement » français (étude)

logo AFP

La France peine à intégrer ses immigrés, qui adhèrent pourtant « massivement » à leur nouveau pays, au point que la seconde génération fait souvent moins bien que la première, selon une vaste étude dévoilée vendredi.

« Il y a une intégration à sens unique », avec la persistance de discriminations multiples, a expliqué à l’AFP Cris Beauchemin, chercheur à l’Ined, l’un des auteurs de cette très attendue étude « Trajectoires et origines » (Teo), menée par l’Insee et l’Ined auprès de 22.000 personnes.

D’un côté, une immense majorité des immigrés ou de leurs descendants se disent « d’accord » avec la phrase « je me sens Français » ou « je me sens chez moi en France » (93% pour la deuxième génération), souligne cette étude au spectre très large (emploi, religion, famille, éducation…).

Mais ils se heurtent régulièrement à ce que les auteurs appellent un « déni de francité », qui les renvoie à leurs origines.

En effet, « la francité n’est pas attribuée sur la base de la nationalité ou de codes culturels » comme la langue, mais sur une idée de ceux « qui ressemblent à des Français » ou non – et les premiers à en souffrir sont les Africains, les Maghrébins et les Asiatiques, soit les « minorités visibles ».

Ainsi, plus de 50% des immigrés originaires d’Afrique, même naturalisés, « pensent qu’on ne les perçoit pas comme Français ».

Selon cette étude, les immigrés de la deuxième génération font moins bien que leurs parents. Le phénomène touche surtout les garçons: « plusieurs indicateurs montrent que les fils de migrants occupent des situations inférieures à celles des migrants eux-mêmes », alors que pour les filles c’est l’inverse, note l’étude, qui pointe le rôle pivot de l’école.

32% des descendants de parents nés au Maghreb n’ont aucun diplôme au-delà du brevet des collèges, contre 16% pour la « population majoritaire ».

Même si dans la vie active les conclusions sont plus nuancées, l’impact se fait aussi sentir, avec une décote salariale plus prononcée pour les hommes que pour les femmes. Mais au total un immigré né en Turquie gagnera en moyenne 20% de moins que la population majoritaire.

Les déclarations de discriminations et de racisme sont également « plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes », note l’étude, qui souligne malgré tout leur récurrence dans presque tous les domaines de la vie des immigrés.

47% des personnes originaires d’Afrique subsaharienne, 32% du Maroc, 30% d’Algérie disent ainsi avoir fait l’expérience de discriminations, selon cette étude de l’Institut national de la statistique (Insee) et de l’Institut national d’études démographiques (Ined).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous