Un enseignant, soupçonné de viol et d’agressions sexuelles sur des garçonnets, écroué

logo AFP

Un enseignant d’un établissement catholique de Satrouville (Yvelines), soupçonné de viol et d’agressions sexuelles sur plusieurs de ses élèves âgés de huit à onze ans, a été mis en examen et écroué, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Les faits avaient été dénoncés par trois enfants auprès de leurs parents, lesquels s’étaient rendus la semaine dernière au commissariat de Sartrouville, dans la banlieue ouest de Paris.

Placé en garde à vue, l’instituteur, jusqu’alors inconnu des services de police, a d’abord nié tout attouchement devant les enquêteurs.

Mais, entendu ensuite par un juge d’instruction, il a en partie reconnu les agissements et fait état de pénétration sur l’un des garçonnets, obligeant le parquet de Versailles à prendre un réquisitoire supplétif pour « viol aggravé », alors que l’enquête s’orientait initialement vers des attouchements.

« Il a été mis en examen et placé en détention provisoire mardi en fin de soirée », a déclaré à l’AFP le parquet de Versailles.

L’enseignant, qui s’occupait des classes de CM1 et CM2, était en poste dans l’établissement privé depuis 2008.

« Il y a une très grosse émotion au sein du groupe scolaire. Ses aveux devant le juge ont été un véritable coup de théâtre », a souligné une source proche du dossier.

Les enquêteurs de la sûreté départementale des Yvelines, chargés de l’affaire, s’attachent à déterminer si d’autres enfants ont pu être victimes d’agissements similaires, a précisé à l’AFP une source policière.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous