Le décret sur l’évaluation des élèves au Journal officiel

logo AFP

Le décret précisant les nouvelles modalités d’évaluation des acquis scolaires au primaire et au collège, qui entreront en vigueur à la rentrée 2016, est paru dimanche au Journal officiel.

La réforme fait évoluer la façon de noter les élèves « pour éviter une +notation-sanction+ à faible valeur pédagogique et privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles », précise le texte.

Il « doit aussi permettre de mesurer le degré d’acquisition des connaissances et des compétences ainsi que la progression de l’élève ».

A la fin de chaque cycle (CE2, sixième et troisième), les acquis de l’élève seront mesurés selon une échelle de quatre niveaux: maîtrise « insuffisante », « fragile », « satisfaisante » ou « très bonne maîtrise ».

Le décret définit également le livret scolaire de la scolarité obligatoire, qui doit permettre de suivre les acquis des élèves tout au long de leur scolarité et qui remplace le livret personnel de compétences (LPC).

La question de la notation des élèves, sur laquelle la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem a présenté fin septembre ses arbitrages, est un sujet sensible: dès qu’on touche à l’évaluation, apparaît le soupçon de niveler par le bas ou de porter atteinte à la liberté pédagogique des enseignants.

La ministre avait précisé que sur les bulletins trimestriels, qui tiendront sur deux pages, les enseignants pourront toujours évaluer avec des notes chiffrées, comme c’est le cas généralement au collège mais de moins en moins en primaire où une majorité d’instituteurs notent plutôt par compétences (acquis, non acquis, en voie d’acquisition). Les expériences d’évaluation par compétences au collège pourront également se poursuivre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous