Un village d’intégration de Roms installé dans le Rhône, malgré l’hostilité du voisinage

logo AFP

Un village d’intégration de Roms a finalement vu le jour mercredi à Saint-Genis-les-Ollières, commune résidentielle située près de Lyon, en dépit de l’hostilité de la mairie et d’un collectif d’habitants.

A deux jours de Noël, l’arrivée des premières familles, une trentaine de personnes, s’est déroulée sans incident, en présence de représentants de la préfecture et de l’archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin, a constaté un photographe de l’AFP.

Les familles sont installées dans des maisons préfabriquées, construites à cet effet sur un terrain militaire en bordure de la commune.

Début octobre, le préfet du Rhône Michel Delpuech avait annoncé son intention d’installer une poignée de villages d’intégration pour des Roms qui vivent dans des « conditions indignes » dans des bidonvilles autour de Lyon.

Une idée qui avait suscité l’ire du maire de Saint-Genis-les-Ollières et divisé ses habitants. Deux collectifs s’étaient ainsi créés : un collectif contre cette installation regroupant quelque 1.400 personnes et un autre favorable à l’accueil des Roms, soutenu par 220 habitants.

Le maire sans étiquette Didier Cretenet avait saisi la justice, dénonçant la validité du permis de construire délivré par l’Etat, mais avait été débouté de sa demande mi-décembre.

Au total, 20 familles, soit 80 personnes, vont s’installer dans ce village. Il s’agit uniquement de familles volontaires et signataires d’un contrat les engageant à scolariser sur place leurs enfants la première année, et à suivre une formation professionnelle avec un suivi emploi pour les adultes.

Un autre village de ce type sera installé à Saint-Priest avant la fin de l’année, selon la préfecture. Et dans la foulée, le bidonville de Villeurbanne-La Feyssine, dans lequel des centaines de Roms vivaient, sera démantelé.

san-jeff/fga/bma

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous