Réforme du collège : « la très grande majorité des enseignants vont y adhérer » (F. Robine)

Dans une interview accordée à l'AEF, la Dgesco Florence Robine estime que "le principe de réalité va faire que la très grande majorité des enseignants" vont adhérer à la réforme du collège.

classe collège

© elen31 – Fotolia

Alors qu’un nouvel appel à la grève contre la réforme du collège a été lancé par une intersyndicale, la Directrice générale de l’enseignement scolaire Florence Robine compte sur le principe de réalité pour rallier les professeurs de collège au dispositif.

« Il y a aussi beaucoup d’envie d’avancer »

« J’ai conscience qu’un petit nombre d’enseignants sont très opposés à cette réforme et veulent la bloquer », souligne-t-elle dans une interview publiée vendredi par l’AEF. Toutefois, « selon les retours que nous avons, il y a des inquiétudes mais il y a aussi beaucoup d’envie d’avancer car tout le monde sait bien qu’il faut réformer le collège vers davantage de marges de manœuvre pour les établissements, de travail collectif des enseignants et d’accompagnement pour tous les élèves ». Pour la Dgesco, « le principe de réalité va faire que la très grande majorité des enseignants vont y adhérer et vont y trouver une aide pour la construction de leurs projets et l’appropriation des nouveaux programmes« .

Par ailleurs, Florence Robine écarte totalement la possibilité d’un report ou d’une application graduelle de la réforme du collège. « Tous les établissements appliqueront la réforme en 2016 », assure-t-elle.

Une réforme qui divise les professeurs

Les opposants à la réforme du collège se mobiliseront pourtant lors d’une grève organisée par l’intersyndicale le 26 janvier prochain, pour réclamer « l’abrogation de la réforme et l’ouverture de discussions pour le collège sur d’autres bases ». Ils critiquent principalement le remplacement des options latin et grec par un EPI et la suppression des classes bilangues.

Toutefois, la réforme du collège ne suscite pas que des réactions hostiles. Certains enseignants estiment qu’il s’agit d’une chance pour les élèves. En mai 2015, 26 professeurs avaient également lancé une pétition pour montrer que « tous les enseignants ne sont pas opposés à cette réforme. Nombreux sont ceux qui pensent qu’elle peut apporter des solutions à un système scolaire qui abandonne chaque année 150 000 jeunes sans un diplôme suffisant pour s’insérer dans une vie professionnelle et sociale choisie ».

11 commentaires sur "Réforme du collège : « la très grande majorité des enseignants vont y adhérer » (F. Robine)"

  1. Frédéric AURIA  21 décembre 2015 à 14 h 32 min

    Je suis surpris que vous puissiez conclure sur le fait que tout le monde n’est pas opposé à cette réforme, 26 profs qui obtiennent 2000 signatures pour la réforme, c’est tout simplement ridicule face aux près de 50000 signataires de ceux qui réclament son abrogation par rapport à l’enseignement des langues anciennes ou aux presque 50000 contre cette réforme par rapport aux bilangues et aux sections européennes pour l’enseignement de l’allemand, sans compter les nombreuses autres pétitions que vous oubliez un peu vite alors qu’elles sont ultra majoritaires !
    Cette sortie de la DGESCO montre une fois de plus son mépris pour les profs comme pour les inspecteurs, mais la réalité du terrain lui rend bien son mépris, et sa réforme ne s’appliquera pas, espérons qu’elle sera sanctionnée en conséquence !Signaler un abus

    Répondre
  2. LIENHARD Cécile  21 décembre 2015 à 15 h 37 min

    Florence Robine était une très mauvaise prof, absolument incapable de tenir ses classes, c’est pour ça qu’elle est partie de devant les élèves, et c’est pour cela qu’elle ne veut que des cours de groupe: quand elle faisait cours avec des collègues, au moins il y avait quelqu’un qui tenait les élèves!
    Le problème c’est que l’on ne met jamais les bons à ces postes, mais que les idéologues incapables de faire le travail de base correctement. Une super illustration du principe de DILBERT  » le management, c’est la solution qu’a trouvé la nature pour éliminer les cons du flux de production! »Signaler un abus

    Répondre
  3. Anne-Marie CHAZAL  21 décembre 2015 à 15 h 38 min

    Le déni de réalité semble être une maladie particulièrement contagieuse par les temps qui courent : comment pouvez-vous transcrire les propos de la DGESCO Robine : « un petit nombre d’enseignants sont très opposés à cette réforme et veulent la bloquer  » sans immédiatement faire remarquer que plus de 80% des professeurs et 75% des parents y sont opposés ?
    Comment pouvez-vous prétendre faire une véritable enquête sur ce sujet très sensible et douloureux pour un grand nombre des acteurs du système scolaire sans mentionner que, depuis les premiers mouvements de contestation contre cette réforme inepte et dangereuse pou l’avenir des enfants, ni le ministre, ni la DGESCO n’ont condescendu à recevoir les représentants des professeurs pour discuter avec eux d’une réforme dont ils ne veulent pas ? Pourquoi ne pas signaler que les professeurs qui leur écrivent sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux ne reçoivent aucune réponse constructive et attentive à leur opposition?
    Enfin comment pouvez-vous passer sous silence le mépris retentissant et la surdité constante du ministère dans son entier vis à vis des professeurs, des élèves et de leurs parents ?
    Tous les médias essaient jusqu’à présent d’occulter la forte résistance, la farouche opposition, le refus et la condamnation d’une réforme qui n’a pour but que d’obéir à l’OCDE et de faire des économies drastiques en empêchant les enfants et leurs parents d’avoir accès à un véritable enseignement de qualité dans toutes les écoles, publiques et privées sous contrat : le véritable objectif de cette réforme est de créer un enseignement à deux vitesses, celles des « riches » et celle des « pauvres », celle de ceux qui peuvent et savent comment avoir accès à la culture, et celle de ceux qui ne peuvent ni ne savent comment faire. Les professeurs ne sont jamais ces odieux fonctionnaires fainéants et grassement payés qu’on se plait, par démagogie, à caricaturer dans les journaux ou dans certains milieux prétendument politiques : ce sont les derniers remparts de la culture pour tous et par tous, ce sont les seuls à se préoccuper de l’avenir des enfants dont les instances qui en ont la charge se moquent éperdument, bien trop préoccupées qu’elles sont par leurs calculs d’apothicaire.
    Nous sommes donc des milliers, des centaines de milliers sans doute à dire NON à cette réforme ! Nous souhaitons une réforme qui respecte les enfants et la culture qui est leur héritage à tous, une réforme entérinée par le peuple que nous sommes et non pas imposée malgré lui par une classe politique qui nous méprise et nous toise !Signaler un abus

    Répondre
  4. Frédéric Auria  21 décembre 2015 à 15 h 38 min

    Un rapide tour sur la toile permet de trouver 188 000 signataires contre la réforme du collège en 9 pétitions, alors qu’on trouve péniblement 2800 signataires de la pétition des 26 profs favorables à la réforme… Cette réforme du collège est très bien partie pour se prendre le mur de la réalité ! Espérons que cela permettra d’enterrer certains idéologues néfastes qui n’ont que trop sévi et qu’on travaille de façon honnête dans l’intérêt de TOUS les élèves !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous