Pour Juppé, il faut « arrêter le flux permanent de l’immigration » à Mayotte

logo AFP

Alain Juppé (Les Républicains), candidat à la primaire de la droite et du centre en visite à Mayotte où il a rencontré les forces vives de l’île, a affirmé dimanche qu’il fallait y « arrêter le flux permanent de l’immigration ».

A Mayotte, « il faut arrêter le flux permanent de l’immigration », a déclaré l’ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères, jugeant également, dans un parallèle avec la crise migratoire en Europe, que « nous n’avons pas la capacité d’absorber tous les migrants ».

Il a évoqué une « politique de contrôle des mouvements de populations », se déclarant « très attentif sur la possibilité d’infiltration terroriste » sur l’île.

M. Juppé, qui revenait à Mayotte après un voyage en 1990, a indiqué qu’il voulait voir « comment le pays a évolué » et être venu « en phase d’écoute », premier volet de son triptyque « écouter, comprendre, rechercher des solutions ». « Si les Français me font confiance, il sera temps de prendre des décisions », a-t-il glissé.

« Cet attachement à la France d’outre-mer m’a été transmis par Jacques Chirac, pour qui j’aimerais qu’on ait une pensée car il n’est pas en forme en ce moment », a indiqué le candidat de la primaire de la droite et du centre en vue de la prochaine présidentielle.

« La France d’outre-mer n’est pas une charge pour la France mais une chance », a-t-il ajouté, louant « la deuxième zone maritime la plus vaste au monde » et la « diversité » des outre-mer.

Après avoir été accueilli à l’aéroport par des danseuses traditionnelles et une cinquantaine d’élus et partisans du parti LR, M. Juppé s’est rendu au nouveau centre de rétention administrative (CRA) de l’île.

Il est également allé à la rencontre des habitants des hauts de Kawéni, le plus grand bidonville de Mayotte, parlant école et emploi aux enfants et aux adultes.

Lors d’une table ronde au conseil départemental en présence d’élus locaux, de représentants du Medef et d’associations d’aide à l’enfance, il a évoqué une « stratégie globale passant par l’éducation et la construction de logements sociaux » pour répondre à l’insécurité et à la délinquance juvénile.

Au-delà, a-t-il dit à ses interlocuteurs de Mayotte, « la République a le devoir de vous permettre d’être un département à part entière et il y a du chemin à faire » avant le passage au droit commun avec « une prise en compte des spécificités » du territoire.

L’élu Les Républicains, qui a rencontré quelque 200 sympathisants des Républicains dans la soirée, devait ensuite se rendre à la Réunion à compter de lundi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous