Gironde: les deux femmes à la kalachnikov factice seront jugées pour « violences »

logo AFP

Deux jeunes femmes de 21 et 24 ans, qui ont semé l’effroi lundi avec une kalachnikov factice à Andernos-les-Bains, petite station balnéaire du Bassin d’Arcachon (Gironde), seront jugées pour « violences » en janvier, a-t-on appris auprès du parquet de Bordeaux.

Les deux jeunes femmes, déférées mardi après-midi au parquet de Bordeaux, devront comparaître le 20 janvier prochain pour « violences aux abords d’un établissement scolaire », ce qui constitue une circonstance aggravante, a-t-on précisé à l’AFP de même source, confirmant une information de Sud Ouest.

« Ces jeunes femmes sans casier judiciaire ont apparemment voulu effrayer des tiers, car des élèves de l’établissement scolaire leur avait refusé quelques instants auparavant des cigarettes qu’elles leur avaient demandées », selon le parquet.

« L’arme est factice, c’est un simple jouet, ce qui n’enlève rien évidemment à l’impression qu’elle peut faire si on l’exhibe soudainement », a expliqué le parquet.

Lundi, peu avant 12H30, la gendarmerie d’Andernos avait été alertée par le directeur du lycée Nord Bassin de la présence de deux jeunes femmes, armées d’un fusil à billes de type AK47, aux abords de l’établissement.

La gendarmerie avait aussitôt déployé un important dispositif de sécurité, mobilisant « plusieurs dizaines de gendarmes et un hélicoptère », pour quadriller durant quatre heures la zone afin de localiser les deux jeunes femmes.

Pendant les recherches, les élèves de tous les établissements scolaires de la ville avaient été confinés dans leurs écoles, collèges, et lycées.

Les deux jeunes femmes ont finalement été interpellées au domicile de l’une d’elles, quatre heures plus tard et placées en garde à vue.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous