Gestion de Sciences Po: Jean-Claude Casanova condamné à 1.500 euros d’amende

logo AFP

Une juridiction financière de la Cour des Comptes a condamné le président de la Fondation nationale des sciences politiques Jean-Claude Casanova à 1.500 euros d’amende, selon un arrêt rendu public vendredi, après des irrégularités de gestion à Sciences Po sous le défunt directeur Richard Descoings.

M. Casanova « entend saisir sans délai le Conseil d’Etat d’un pourvoi en cassation », a indiqué Sciences Po dans un communiqué, évoquant « des contradictions dans les motifs retenus » par la Cour de discipline budgétaire et financière (CDBF), une juridiction administrative saisie par la Cour des comptes à laquelle elle est rattachée.

Un rapport de la Cour des comptes publié fin 2012 avait pointé « des irrégularités récurrentes dans la gestion » de Sciences Po entre 2005 et 2010, concernant notamment de salaires mirobolants versés à l’ancien directeur de l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, Richard Descoings, décédé brutalement en avril 2012. Son salaire avait culminé à 537.247 euros en 2010.

Le rapport relevait aussi des rémunérations opaques de cadres dirigeants ainsi que des heures payées aux professeurs mais pas toujours assurées.

A l’issue de l’instruction, deux personnes avaient été renvoyées devant la CDBF, M. Casanova et le directeur en charge des ressources humaines Aurélien Krejbich, qui lui a été relaxé. Ce dernier « ne contribuait pas à la définition du service des enseignants et enseignants-chercheurs affectés à l’IEP de Paris et n’avait ni compétence ni moyens pour contrôler a posteriori la régularité des décisions prises à ce titre », selon l’arrêt.

Lors de l’audience qui s’est déroulée le 6 novembre, les anciens collègues de Richard Descoings avaient défendu son action à la tête de l’IEP, comme l’internationalisation de l’école ou l’ouverture aux lycéens venus d’établissements en zone d’éducation prioritaire.

Une amende de 3.000 euros avait été requise à l’encontre de M. Casanova, ainsi qu’une amende de 500 euros contre le DRH.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous